Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …
Téléphone Arnaud Pelletier +33 (0)1.34.16.10.50
contact@arnaudpelletier.com

Intelligence économique

L’intelligence économique peut être définie comme l’ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution, en vue de son exploitation, de l’information utile aux acteurs économiques.

Arnaud PELLETIER est fondateur & directeur de Stratég-IE.

Strateg-IE Intelligence Economique

Stratég-IE et son directeur, Mr Arnaud PELLETIER, sont membre du Syndicat Français de l’Intelligence Économique

1

Stratég-IE et son directeur, Mr Arnaud PELLETIER, sont membre de l’Académie de l’Intelligence Économique


Valoriser, promouvoir et diffuser un savoir-faire professionnel en intelligence économique

Intelligence économique

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

L’intelligence économique est l’ensemble des activités coordonnées de collecte, de traitement et de diffusion de l’information utile aux acteurs économiques auquel on peut ajouter les actions d’influence et de notoriété ; Elle s’oppose à l’espionnage économique car elle se développe ouvertement et utilise uniquement des sources et moyens légaux. Elle se conçoit dans un esprit d’éthique et de déontologie par rapport à des structures d’autorité, en premier lieu celles des États (souveraineté) et celles des entreprises.

La plupart des spécialistes français résument l’intelligence économique par une trilogie : veille (acquérir l’information stratégique pertinente), protection des informations (ne pas laisser connaître ses secrets) et influence (propager une information ou des normes de comportement et d’interprétation qui favorisent sa stratégie).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Intelligence_économique

Stratég-IE, c’est 3 domaines de compétences dans l’intelligence économique des PME/TPE :

  • Intelligence économique : formation et mise en place dans les PME, 15 thèmes répartis en 3 axes
    • IE Préventif
    • IE Actif
    • IE Curatif
  • Intelligence économique : Renseignements stratégiques de l’entreprise
    • Renseignement de source humaine
    • Renseignement de source économique
    • Renseignement de source financière (Due Diligence)
    • Renseignement de source réglementaire
  • Intelligence économique : Informations Marketing et concurrentielles
    • Benchmark (étude et analyse de la concurrence)
    • Client Mystère (Evaluation des performances commerciales et ressenti client)
    • Management de la Qualité (vidéo mystère)

1. Stratég-IE : l’intelligence économique (IE) pour les PME/TPE françaises.

Préambule

Pourquoi travailler sur l’intelligence économique (IE) pour les PME/TPE françaises ?

Tout d’abord parce que les PME / TPE françaises représentent près de 90 % des entreprises 1 et qu’elles sont très faiblement sensibilisées aux différentes techniques d’IE, dans un contexte économique en pleine mutation où la mondialisation avec les NTIC 2 modifie et modifiera encore nos façons de travailler, il est vital pour ces entreprises de s’adapter pour passer le cap, et l’IE, très répandu dans les pays anglo-saxon, peut et doit les y aider.

Etant moi-même chef d’entreprises depuis plusieurs années, je connais bien ce monde des PME avec ses forces et faiblesses, dangers ou opportunités, et il me paraît impératif de mettre au point une méthode simple pour que l’ensemble de ces entreprises puissent, de manière concrète, rapidement, et à un coût maitrisé, mettre en place efficacement L’IE en leur sein, afin de s’armer face à un environnement de plus en plus complexe et concurrentiel.

Mais vous allez me dire ; c’est quoi l’Intelligence économique ?

Il n’y a pas une, mais des IE selon les différentes définitions qu’on lui donne, alors plutôt que de vous redonner toutes ces descriptions plus ou moins officielles que vous trouverez facilement sur internet, je vais vous formuler ce que j’entends par IE et qui sous-tend les différentes parties de cet ouvrage. L’IE c’est la maîtrise de l’information stratégique de l’entreprise.

Aujourd’hui on estime que plus de 60% de la valeur d’une entreprise est immatérielle 3, selon les cas cela prend diverses formes, des notions comme l’image, la communication, la relation client mais aussi les informations sensibles, stratégiques, le savoir faire et l’environnement de la société, autant de point qu’il faudra gérer, défendre et protéger. De nos jours, tout est information ou passe par l’information, qui n’a pas d’e-mail, quelle société peut se dire internet ce n’est pas pour moi, le monde va plus vite, sans frontière, le concurrent d’hier n’a plus le même visage et toutes les entreprises sont et seront de plus en plus concernées.

La démarche d’IE, va vous aider à affronter et maîtriser ce nouvel environnement, pour que chaque danger devienne une opportunité selon une méthode globale qui s’élabore en 15 chapitres, chacun correspondant à un thème. Le tout relève d’une volonté managériale pluridisciplinaire qui est expliquée et démontrée. L’ensemble mis en place et actif dans l’entreprise permet de poser les fondamentaux d’une démarche d’Intelligence économique.

En deux à trois semaines, avec notre accompagnement qualifié, une PME peut mettre en place cette méthode pour un coût financier et humain adapté à chaque structure.

Rendez-vous sur http://www.strateg-ie.fr

1. INSEE / UNEDIC

2. NTIC : Nouvelles Technologies de l’Information et des Communications

3. Valoriser le capital immatériel de l’entreprise de Alan Fustec , Bernard Marois

Nos 15 domaines d’interventions :

Action préventive

1. Veille (type de veilles / flux RSS / Alerte Google / mailing Liste/ e-group / signaux fort-faible / logiciels dédiés / e réputation / cartographie)
2. Sécurité / sureté de l’information (cryptographie / chiffrement / suppression / stéganographie / bonne habitude / audit / environnement)
3. Risques (analyse et hiérarchisation des risques / cartographie HACCP / Informatique / corruption)
4. Audit IE (grilles d’audits et applications)

Action de maintien

5. Renseignement (source blanc/gris/noir – ARP – IE – élicitation. Cycle information – recherche web / DGSE et DCRI / think tank)
6. Présence internet (site / blog / référencement)
7. Réseaux (humain / sociaux web 2.0 / syndicat / association)
8. Information & Surveillance (désinformation / recherche web / physique / numérique / internet / bases de données)
9. Gestion de projet (animation / Gantt / planning / RIC)
10. Normalisation & Innovation (fonctionnement / participation / veille)
11. Knowledge management (fonctionnement / mise en place / Deming)

Action prospective

12. Lobbying et influence (fonctionnement / présence / matrice / médias MICE / réseaux sociaux web 2.0)
13. Benchmarking et Qualiting (fonctionnement / utilisation)
14. Stratégie (méthode MPO / niveau, matrice et courbe stratégique SWOT / Sun Tzu / forces de Porter – Pareto)
15. Gestion de crise (préparation / matrice / opération / rumeur)

Pour aller plus loin, voici une présentation de nos services en intervention et formation :

Action préventive

  • 1. Veille (type de veilles / flux RSS / Alerte Google / mailing Liste/ e-group / signaux fort-faible / logiciels dédiés / e réputation / cartographie)

Il s’agit ici de présenter les différents types de veille qu’une PME peut mettre en place. Mais au delà de cette présentation, c’est surtout la mise en application concrète, avec des méthodes simples et efficaces, pour que cette veille devienne une réalité quotidienne de l’entreprise. Vous allez découvrir, que cette démarche est simple, facile d’application, et qu’elle peut concerner plusieurs collaborateurs à plusieurs niveaux de la société. L’idée est de démystifier la veille, souvent appréhendée comme compliquée et coûteuse (qui peut être le cas), car dans les PME/TPE, cette veille est fondamentale, simple à mettre en place, pour un budget réduit. Je vois des patrons tous les jours, tous connaissent la veille, mais peu la pratique et l’exploite réellement. Cette méthode simple va vous permettre de passer de la connaissance à l’action !

  • 2. Sécurité / sureté de l’information (cryptographie / chiffrement / suppression / Stéganographie / bonne habitude / audit / environnement)

Aujourd’hui tout est information dans l’entreprise, et l’avènement des TIC1 ne fait qu’accroître ce constat. Cette information a une valeur parfois stratégique, mais quelles mesures sont prises pour l’évaluer et la protéger ? Bien souvent on se contente de protéger à minima physiquement des lieux, mais le flux d’informations est souvent exploitable par des personnes indélicates. Cela passe aussi par des habitudes d’utilisation des employés, juste un exemple, combien de personnes verrouillent leur cession de travail sur leur PC (ctrl + alt + sup) quant elles s’absentent ? Vérifiez dans votre entreprise vous serez surpris du résultat. De plus, quand nous avons connaissance d’une information stratégique, quelle méthode de protection utiliser ? Comment la transmettre en toute sécurité ? Comment la supprimer réellement ? Autant de questions auxquelles nous allons apporter des réponses simples claires peu coûteuses et efficaces.

  • 3. Risques (analyse et hiérarchisation des risques / cartographie/ HACCP / Informatique / corruption)

Le risque. Un concept un peu abstrait, et bien souvent on ne l’aborde que lorsqu’il est trop tard, de façon corrective. Je vous propose de l’anticiper, de l’étudier, de l’analyser afin de mettre en place des procédures afin de minimiser son apparition et son effet. A travers une sorte d’audit des risques, nous allons identifier ceux importants pour l’entreprise. Ensuite, il s’agira de définir les méthodes de traitement de ce risque pour empêcher son apparition ou le traiter si celui-ci est apparu. Enfin nous aborderons spécifiquement le risque informatique, car en terme d’information celui-ci est majeur, ainsi qu’un thème rarement abordé en PME qui est la corruption. Je vous montrerai les mécanismes et fondements de manipulation dont vous pourriez subir les mésaventures, et cela, afin de s’en prémunir.

  • 4. Audit IE (grilles d’audits et applications)

A ma connaissance, il n’existe pas d’audit IE reconnu et utilisé largement pour faire un état des lieux de ces pratiques en entreprise. Alors, j’ai décidé d’en créer un, global et généraliste, pratique et efficace, et ensuite via un téléchargement en ligne gratuit sur www.strateg-ie.fr de mettre à contribution les utilisateurs pour le décliner selon différents secteurs d’activités. Vous trouverez donc dans cet ouvrage une grille d’audit type IE2 qui vous permettra de faire un état des lieux de vos pratiques et manquements en intelligence économique dans votre structure. Cet audit peut être utilisé aussi bien en auto-évaluation qu’en audit externe de conformité. Il va vous permette de faire un bilan de vos actions mises en place, de mesurer l’évolution et d’aboutir à une amélioration continue de vos pratiques. De plus, le simple fait de se poser les questions de notre audit vous permettra d’aboutir à une auto-formation des actions possibles en matière d’IE, et vous donnera certainement des idées à mettre en place dans votre PME. Le support Excel de cette grille est disponible sur notre site web. A vous de jouer …

Action de maintien

  • 5. Renseignement (source blanc/gris/noir – ARP – IE / cycle information – recherche web / DGSE et DCRI / élicitation /  think tank)

Ce chapitre est important car la France n’a pas la culture anglo-saxonne du Renseignement d’entreprise, et bien souvent on confond ce terme avec des notions plus obscures comme l’espionnage par exemple. Il s’agit ici de vous présenter les différents types de renseignements que vous pouvez trouver, leurs utilités, leurs coûts, mais aussi de vous montrer comment et qui se charge de collecter ses informations. On trouve tout et n’importe quoi quant il s’agit d’obtenir une information stratégique sur un concurrent par exemple. Il existe des lois, des organisations, des entreprises spécialisées dans ces métiers et les connaître c’est se prémunir contre de mauvaises surprises. De plus, il faut bien séparer le renseignement de la veille, bien souvent cette information à forte valeur ajoutée s’acquiert moyennant finance, et les prix peuvent flamber en fonction de la situation, alors mieux vaut ne pas se tromper.

  • 6. Présence internet (site / blog / référencement)

Aujourd’hui incontournable, demain vitale, votre présence sur le web est devenue une obligation ou le sera bientôt. Pourtant si la majeure partie des patrons de PME sont d’accord avec ce constat, leurs connaissances et quelquefois l’investissement fait sur ce point est minimum ou sous-évalué, sachant que lorsque je parle d’investissement, celui-ci n’est pas que financier. Une fois de plus, l’idée est de vous présenter une possibilité d’utilisation et de présence web, réfléchie, calculée en ayant un minimum de bases pour ne pas acheter du « clés en mains » non adapté à votre PME. Vous pourrez alors concevoir le CDC3 de vos sites et blogs en toute connaissance de cause en optimisant vos forces vives au sein de votre structure et en limitant les coûts. Evidemment le moment venu il faudra donner le relais à un professionnel, mais vous le ferez en toute maîtrise avec un objectif clair et défini.

  • 7. Réseaux (humain  / sociaux web 2.0 / syndicat / association)

On peut dire que le mot « réseau » n’a jamais été aussi à la mode, notamment grâce à l’avènement des réseaux sociaux dont la réussite ne fait plus de doute. Mais dans un cadre professionnel, comment utiliser ces ressources ? Quelle méthode employer ? Les réseaux sont aussi vieux que l’est la civilisation, à différent niveau, mais aujourd’hui la PME représentée par ses forces vives doit impérativement structurer, organiser et protéger ses réseaux aussi bien humains que web 2.0. Comment utiliser Facebook ? Comment utiliser Twitter ? Cela va-t-il m’apporter quelque chose et à quel coût ? Nous allons vous démontrer que ces utilisations sont faciles, rapides, peu coûteuses et avec un retour sur investissement, donc, forcement importantes en terme de notoriété web, et donc réelles puisque internet n’est que le reflet de notre réalité.

  • 8. Information & Surveillance (désinformation / recherche web /physique / numérique / internet / bases de données)

En tant que PME, vous avez un besoin en information, cette information peut être obtenue de différente façon, en interne, en externe, sur le web ou dans le monde réel. Mais il s’agit ici, de bien connaître les différents modes d’actions possibles, les avantages et inconvénients. Dans un monde ou tout est devenu information, la désinformation devient alors une arme redoutable. Savoir la débusquer, savoir en jouer nécessite un minimum de technique et d’organisation. La collecte d’informations physiques n’est pas que l’apanage des sociétés spécialisées, quand vos commerciaux font ou vont sur un salon, ont-ils une grille de lecture des actions à mener ? Vous font-ils remonter les contacts et produits/services observés ? Au sein de votre structure, faites vous des recherches sur vos concurrents, avez-vous des bases de données ? Cela vaut-il le coup de s’abonner à ce genre de service qui promettent monts et merveilles ?

  • 9. Gestion de projet (animation / Gantt / planning / RIC)

Le projet est indissociable de l’action d’intelligence économique, une fois défini le périmètre d’actions à entreprendre, il s’agit de les mener à bien. Comment faire ? Par où commencer ? Des méthodes existent, éprouvées par des dizaines d’années d’expériences, certains outils simples d’utilisation vont vous permettre de structurer, mesurer et mettre en application vos projets de développement, notamment en IE. Il ne s’agit pas de décider de faire de l’IE, mais il faut animer et motiver cette décision, la faire vivre et prendre forme, la déployer et en mesurer l’efficacité. Des outils existent, mais c’est avant tout l’animation de ces méthodes qui est la pierre angulaire de la réussite, donc l’animateur, le manager, l’homme. C’est dans ce cadre, qu’une gestion de projet adapté, va vous permettre d’aboutir à vos objectifs.

  • 10. Normalisation & Innovation (fonctionnement / participation / veille)

C’est un point souvent sous évalué dans la PME, qui, faute de recul, se concentre sur le présent et pas assez sur son devenir. Dans le cadre d’un projet IE, les notions de normalisation peuvent être liées à l’innovation, un concept que défend l’AFNOR en l’occurrence.Premièrement combien d’entreprises, participent activement aux travaux de normalisation ? Pourtant pour certaines d’entre elles cela apparaît comme capital, puisque les travaux d’aujourd’hui seront les standards de demain, qu’elles devront appliquer ou produire. De plus cette participation aura, automatiquement, directement ou indirectement une incidence positive sur l’innovation en interne, ne serait-ce que par la collecte d’informations de premier ordre dans les travaux de normalisations. A minima, pour ces sociétés, une veille normative est primordiale. Il est évident aussi, que cette démarche s’adresse à des PME de grande taille avec des moyens suffisants.

  • 11. Knowledge management (fonctionnement / mise en place / Deming)

Ce thème de gestion des connaissances né dans les années 80 recouvre de nombreux concepts que nous n’allons pas aborder ici. Toujours dans un souci de simplicité et d’efficacité, nous allons nous concentrer sur la gestion des connaissances liées à l’IE dans l’entreprise. L’idée est d’utiliser un système qui permet de collecter, analyser, diffuser et protéger l’information obtenue pas nos actions IE au sein de la PME. Plusieurs méthodes sont possibles, j’irai même jusqu’à dire que c’est du cas par cas, en fonction de la taille de l’entreprise et de ses objectifs. Toujours est-il qu’il ne faut pas tomber dans l’usine à gaz ce  qui est souvent le cas. De nombreux logiciels existent du plus simple au plus compliqué, il est aussi intelligent d’utiliser un système interne de gestion des connaissances avec des outils de bureautique usuels que d’utiliser des plateformes de veille et KM4 pour une multinationale, cela dépend de son besoin. Enfin ne pas oublier que c’est l’amélioration continue et la sauvegarde du patrimoine informationnel,  qui est recherché et pas la complexité à tout prix.

Action prospective

  • 12. Lobbying et influence (fonctionnement / présence / matrice / médias / MICE / réseaux sociaux web 2.0)

On pense souvent que le lobbying et l’influence sont réservés aux grands groupes dans un contexte de mondialisation compliqué. Ce n’est pas le cas, les PME aussi peuvent et doivent à leur niveau utiliser ce procédé fort efficace. Pour cela des méthodes existent, et le rôle croissant des TIC va nous y aider. Nous allons voir comment identifier les acteurs, analyser les forces en présence et déployer un plan d’action efficace et concret. Tout est lié en IE, et les concepts développés précédemment vont nous aider à appliquer cette stratégie de lobbying, notamment le web 2.0, mais pas seulement. L’utilisation des médias peut être une arme importante, qu’il est nécessaire de travailler avant de l’utiliser car elle est à double tranchant. Nous verrons enfin les différentes techniques d’influence qui sont généralement utilisées, pour éventuellement les exercer et/ou s’en protéger.

  • 13. Benchmarking et Qualiting (fonctionnement / utilisation)

L’analyse concurrentielle, très développée chez nos voisins anglo-saxon, est souvent mal vue en France, assimilée la aussi à de l’espionnage. Pourtant, il est temps de se réveiller, le monde est mondialisé, et votre concurrent lui, n’hésitera pas à venir voir chez vous vos méthodes (dans la limite de la loi normalement). Je vais vous montrer différentes techniques d’analyses concurrentielles couramment utilisées, mais dans la confidentialité la plus totale, toujours. Ces informations obtenues bien souvent par des techniques d’élicitation5 dans le cadre d’une approche cognitive peuvent avoir des résultats tout à fait intéressants et permettent de réorienter une stratégie. Mais au delà de l’analyse de la concurrence, il est nécessaire de balayer devant sa porte : Que font mes équipes ? Que ressentent mes clients ? L’analyse qualitative de mes performances et le ressenti commercial est primordiale afin de piloter au mieux mon entreprise, nous verrons les techniques utilisées pour réaliser ces études.

  • 14. Stratégie (méthode MPO / matrice et courbe stratégique / SWOT / Sun Su / démarche stratégique / forces de Porter / Pareto)

Depuis le 6eme siècle avant JC, avec Sun TZU, la stratégie agite les neurones des hommes. Toute PME, quelle qu’elle soit a besoin d’une stratégie, d’une vision, d’une direction afin d’assurer son devenir et sa survie. Mais comment définir cette stratégie ? Y a-t-il des méthodes à utiliser ? Car la direction doit être la bonne sous peine de subir des déboires importants. Au delà de l’analyse, et d’une stratégie globale d’entreprise en interne, des projets, des actions ponctuelles nécessitent là aussi au préalable la mise en place d’un plan stratégique précis. Souvent cela se fait de façon intuitive, se basant sur l’expérience de manière empirique. Il faut absolument garder cette technique qui fait appel au génie humain et au ressenti, mais quand on couple cela avec de la méthode et des outils concrets, cela devient alors une arme redoutable.

  • 15. Gestion de crise (préparation / matrice / opération / rumeur)

Dans la majeure partie des cas, la gestion de crise intervient pendant et après la crise. Ce qui a pour effet de créer le trouble, d’agir dans la précipitation, de commettre des impairs, et de dépenser des fortunes en consulting. Je vous propose d’anticiper, de prévoir. On peut anticiper la crise, la sentir venir et s’y préparer. Déjà en mettant en place tout ce que l’on a vu précédemment en matière d’IE, vous verrez plus sereinement venir la crise. Mais pour autant saurez-vous y réagir ? Toute PME connaîtra une crise importante au cours de sa vie, médiatique, sociale, politique, commerciale, concurrentielle, etc. Il faudra alors faire face, les décisions prises pourront influer grandement sur le devenir de la société. On ne prend pas les mêmes décisions après 50 heures de stress et sans dormir … Des méthodes existent pour se préparer à gérer ces événements. S’y préparer c’est ainsi se donner les moyens de transformer ces crises en opportunités.

1. Technologie de l’information et des télécommunications

2. Intelligence économique

3. Cahier des charges

4. Knowledge management

5. Interviews, Questionnaires, etc.

Synthèse

Pour conclure, j’aimerai répondre à la question posée en introduction, qu’est ce que l’intelligence économique pour une PME ?

Vous avez pu le voir, l’IE est multiple, diverse, avec de nombreuses facettes, et ne saurait en aucun cas se limiter à une seule activité.

Nous vous présentons les 15 outils les plus utilisés et à mon sens les plus pertinents. Faire de l’intelligence économique au sein de la PME ce n’est pas simplement faire de la veille, comme on l’entend souvent.

La veille est un outil parmi 14 autres, certes important et récurent mais pas exclusif.

C’est l’utilisation combiné de plusieurs outils en même temps, afin de répondre à une problématique donnée, qui permet d’aboutir à une démarche d’intelligence économique dans son ensemble.

Cette démarche est transversale et souvent pilotée par le chef d’entreprise lui-même.

Mais le dirigeant n’est pas seul, il s’entoure de compétences en interne et en externe. Le consultant en IE doit lui aussi répondre à cette notion de complémentarité des outils, il est par définition généraliste, au risque de se concentrer uniquement sur l’aspect qu’il maitrise le mieux. Je précise cela, car le concept étant à la mode, tout le monde fait de l’intelligence économique et le chef d’entreprise ne sait plus à qui faire appel.

Dans les 15 applications que nous vous présentons, il y a pour chacune d’entre elles des spécialistes, ultra performants dans leur domaine respectif qui demande une grande expertise pour être efficace, les veilleurs, les lobbyistes, les enquêteurs, les analystes, etc.

Mais le spécialiste en IE c’est le chef de projet, celui qui utilise conjointement l’ensemble de ses compétences afin d’obtenir l’information stratégique utile pour la prise de décision.

Pour une problématique donnée, on utilise généralement 3 à 4 outils conjointement, chacun nourrissant les autres, afin d’obtenir le résultat escompté. C’est pourquoi, selon votre domaine d’activité, vous n’utiliserez que 2 à 3 outils, qui correspondent à vos besoins du moment. Mais la vie d’une PME est longue et semée d’embuches, donc sur le long terme, à un moment ou à un autre vous aurez besoin forcement d’avoir recourt à l’ensemble des outils présentés ici. L’idée et de vous y préparer et d’avoir les bases de connaissances suffisantes pour pouvoir appréhender la problématique et ainsi la gérer au mieux.

Notre objectif et que vous appréhendiez l’intelligence économique autrement, plus simplement, plus concrètement, plus efficacement. Les PME françaises doivent impérativement s’approprier ce concept, qui devient de plus en plus important dans un univers économique mondialisé où la concurrence n’a pas fini de régner, le plus fort l’emportant souvent sur le plus faible. Après les états et les grands groupes internationaux, l’intelligence économique est l’arme des PME de demain.

2. Intelligence économique : Renseignements stratégiques de l’entreprise

  • Renseignement de source humaine
  • Renseignement de source économique
  • Renseignement de source financière (Due Diligence)
  • Renseignement de source réglementaire

Un concept rendu performant par nos professionnels du renseignement

L’enquête sur des personnes physiques, en amont ou simultanée à une action d’investigation.

L’enquête financière sur des sociétés, indispensable à tout chef d’entreprise pour anticiper sur des incertitudes de choix commerciaux.

Enquêtes civiles :

    • Filature et surveillanceRecherche d’activité, d’emploi du temps, etc.
    • RelocalisationRecherche d’adresse, nouvel employeur ou situation professionnelle.
    • SolvabilitéRecherche de domicile, locataire ou propriétaire, activité professionnelle et revenus.
    • Recherche de patrimoineSituation de un ou plusieurs biens immobiliers sur les départements de naissance et de résidence.
    • Evaluation de patrimoinePlan de situation, description détaillée, tendance du marché, immobilier local, estimation certifiée du bien (réseau d’experts).
    • HypothèquesLevée des états hypothécaires, rédaction d’une fiche de synthèse.
    • Ayants droitRecherche de réserve héréditaire.
      • Enquêtes “basic”Forme juridique – Administration – Activité – Chiffres d’affaires.
      • Enquêtes “approfondies”Bilan et analyse financière – Profil des paiements et crédits.

Enquêtes financières et commerciales sur des sociétés françaises ou étrangères :

Enquêtes de solvabilité (niveau 1)

Adresse

Situation professionnelle

Banque

Patrimoine

Enquêtes de solvabilité (niveau 2)

Adresse

Situation professionnelle (revenus)

Banque (références bancaires)

Patrimoine immobilier (Références cadastrales)

Parts sociales

Enquêtes de solvabilité (niveau 3)

Adresse

Situation professionnelle (Fonction, et/ou ancienneté et/ou revenus)

Banque (Références bancaires ou CCP)

Patrimoine immobilier (Références cadastrales, réquisitions hypothécaires)

Patrimoine mobilier (Parts sociales et/ou foncier et/ou parts de SCI)

Renseignements Divers

Les suppléments :

Situation professionnelle :

Salaire et/ou poste et/ou ancienneté et/ou indemnités/retenues

Sur banque : Références bancaires ou CCP

Réquisition hypothécaire

Évaluation d’un bien (valeur vénale)

Recherche d’héritier

Élément supplémentaire

Moralité

Autres renseignements (nous consulter)

Adresse :

Lieu de résidence de la personne recherchée, adresse administrative.

Camping, hôtel, foyer, centre d’hébergement, sans domicile fixe.

Toute nouvelle adresse sera facturée.

Situation professionnelle :

Adresse, nom de la société, fonction dans l’entreprise,

ASSEDIC indemnisé ou non, RMI, retraite, pension, invalidité, personne sans aucune activité déclarée, femme au foyer, gérants de sociétés, administrateur,sci etc… avec numéro de rcs

Banque :

Adresse et nom de l’agence qui détient le compte, le code établissement, le code guichet

Patrimoine :

Adresse où se situe le bien, références cadastrales, numéro de section, superficie, SCI avec numéro de RCS. La recherche est facturée, que la personne possède un bien ou non

3. Intelligence économique : Informations Marketing et concurrentielles

Benchmark

Le benchmark est une démarche d’observation et d’analyse des pratiques utilisées par la concurrence ou par des secteurs d’activité pouvant avoir des modes de fonctionnement réutilisables par l’entreprise. Le benchmark peut avoir trait à l’observation des pratiques managériales, mais il peut également se faire dans le domaine des pratiques marketing. Le benchmark peut être considéré de manière simpliste comme “une pêche aux bonnes idées”. Le benchmark est plus large qu’une pratique de veille concurrentielle dans la mesure ou il ne s’intéresse pas qu’aux concurrents.

Benchmark concurrentiel

Le benchmark concurrentiel est une démarche d’observation et d’analyse des pratiques utilisées par la concurrence. Il peut avoir trait à l’observation des pratiques managériales, mais il peut également se faire dans le domaine des pratiques marketing et commerciales. Le benchmark concurrentiel se distingue de la veille concurrentielle dans la mesure ou celle-ci est permanente alors qu’un benchmark complet est souvent une étude ponctuelle.

Benchmark sectoriel

Démarche d’observation et d’analyse des pratiques managériales, commerciales et marketing utilisées par les différents acteurs du secteur d’activité de l’entreprise commanditaire. Le terrain d’étude d’un benchmark sectoriel est normalement plus étendu que celui d’un benchmark concurrentiel car il ne s’interesse pas qu’aux concurrents.

Qualité

Selon l’AFNOR un produit ou service de qualité est un produit dont les caractéristiques lui permettent de satisfaire les besoins exprimés ou implicites des consommateurs. La qualité est donc une notion relative basée sur le besoin. On doit rechercher davantage une qualité optimum, qu’une qualité maximum.

S’améliorer, c’est avant tout s’auditer : l’audit visite mystère en caméra cachée, l’impact de l’image.

Réalisé en caméra cachée, c’est un faux client envoyé par notre société pour mesurer la qualité d’accueil et de prestation d’un point de vente et/ou des individus en contact avec la clientèle. Les visites mystères sont en général commanditées par des franchises ou enseignes pour auditer leur réseau de distribution mais aussi par des PME de toutes tailles soucieuses de vivre l’expérience client.

Notre montage permet de flouter les visages, marques et lieux, sous-titrer les conversations si besoin, et identifier les temps fort de la visite par des incrustations à l’écran.

Nos vidéos sont faites sur mesure, selon la volonté de chaque client. C’est un excellent outil de management opérationnel et décisionnel ainsi que pour la formation du personnel grâce à l’impact de l’image. La vidéo mystère permet de mesurer en temps réel les implications terrain ainsi que le ressenti client.

Voir le reportage de TF1 sur les vidéos mystères

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook



Twitter

Abonnez vous