Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …
Téléphone Arnaud Pelletier +33 (0)1.34.16.10.50
contact@arnaudpelletier.com

Archive pour la catégorie ‘Benchmarking’

Je suis CHARLIE …

Posté par Arnaud Pelletier le 7 janvier 2015

je suis charlie

Dans ce guide, apprenez à naviguer sur internet en toute sécurité, à prévenir les menaces sur les réseaux sociaux et s’en protéger et surtout à protéger vos données personnelles et votre vie privée !

  • Faites attention aux menaces : malwares, ransomwares, phishing ..

D’une compagne de phishing ciblant les utilisateurs de Google Docs et Google Drive, à un virus caché sous forme d’une vidéo fake sur Facebook, les attaques se multiplient et les internautes trouvent de plus en plus de difficulté pour les prévenir.

En plus d’un anti-virus, un système d’exploitation et des logiciels régulièrement mis à jour, il faut faire attention aux liens sur lesquels vous cliquez. Vérifiez en particulier les liens en raccourcis, car c’est la meilleure façon pour un pirate pour dissimuler l’url infectée.

  • Protégez vous des ransomwares : ces malwares qui sont devenus à la mode !

[…]

Par la rédaction de inf0mag.blogspot.fr

En savoir plus :

Source : http://inf0mag.blogspot.fr/2014/08/naviguez-en-toute-securite-sur-internet-guide.html

Image By : elhombredenegro

  • IT FOR BUSINESS FORUM 2012 – Commandant Remy FEVRIER – Officier de gendarmerie, Expert de l’Intelligence Économique

1er SOMMET DES DIRIGEANTS DÉDIÉ À LA STRATÉGIE NUMÉRIQUE

 

Le IT for BUSINESS FORUM fournit aux dirigeants toutes les clés pour comprendre les enjeux de la révolution numérique, afin de transformer leurs structures pour gagner en compétitivité et générer du business.

Au programme : conférences, speakers de renom et networking.

  • L’intervention en vidéo du Commandant Remy FEVRIER concernant l’intelligence économique (sécurité économique) :

Par ITforBUSINESS sur youtube.com

Source : http://www.youtube.com/watch?v=sTE4JLU6pMU&feature=player_embedded#!

Et aussi : http://www.itforbusinessforum.com/

Et encore : http://www.youtube.com/user/ITforBUSINESSforum

Arnaud PELLETIER, directeur de l’Agence Leprivé, est interviewé par François Sorel pour BFM Business et l’atelier numérique à propos des métiers du renseignement privé et internet.

L’émission est réalisée par l’équipe éditoriale de L’Atelier, cellule de veille de BNP Paribas et média consacré aux nouveaux usages.

2 heures dédiées aux nouvelles technologies et à l’Internet.

Animé par François Sorel, L’Atelier Numérique décrypte toutes les semaines l’actualité high-tech et usages innovants. C’est aussi le passage obligé de tous ceux qui font la toile.

Les rendez-vous réguliers : L’enquête de L’Atelier, Le World Tour des Nouvelles Technologies, Le Crash Test, le Cybergadget ou encore La passion selon Saint Net..

Avec toute l’équipe de L’Atelier : Avec toute l’équipe de L’Atelier : Antoine Sire, Jean de Chambure, Mathilde Cristiani, Renaud Edouard-Baraud, Lila Meghraoua, Frédéric Tardy et Alice Gillet depuis la Silicon Valley, ainsi que ses invités : Guillaume Deleurence, Virginie de Kerautem, Delphine Cuny et Sandrine Cassini.

Écouter l’émission du 12/11/11, interview de 6 minutes :

 

Aussi en cliquant ici :

ECOUTER L’EMISSION

 

Source : http://www.bfmbusiness.com/programmes-replay/emission/latelier-num%C3%A9rique

Et aussi : http://www.atelier.net/fr/radio/shows/latelier-numerique-n-399

Et encore : http://www.scoop.it/t/l-atelier-numerique/p/647594055/arnaud-pelletier-le-blog-de-l-information-strategique

Barbouze, détective, expert en gardiennage, le responsable de la sécurité a gardé pendant longtemps une image peu engageante que l’actualité se charge une fois de plus de remettre au goût du jour dans notre pays. Il est vrai que nos concitoyens ignorent l’évolution de cette fonction confrontée aux mutations technologiques et managériales accompagnant la globalisation. Très peu savent qu’au-delà de ses origines professionnelles le directeur sécurité est un cadre supérieur, comme les autres ou presque, qui doit négocier son budget, convaincre sa direction générale, motiver ses hommes, et imposer les changements requis dans l’organisation.

Une récente étude de la Wharton School a montré qu’il doit faire preuve de leadership, communiquer sa vision et savoir vendre son activité pour répondre aux attentes de sa direction et aux aléas d’un environnement mouvant et incertain. C’est donc un manager aux fonctions classiques, dont les missions se singularisent toutefois par leur sensibilité et leur acuité. A l’heure où les entreprises françaises sont attaquées de toute part : tentative de rachat, d’intimidation, introduction de capitaux mafieux, vol de données, escroquerie…, la sécurité devient un enjeu considérable. Le doute n’est plus permis quand on sait que du 1er janvier 2006 au 13 mars 2009, la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) a constaté 4600 agressions étrangères d’entreprises françaises (vols de brevets, sabotages, attaques d’installations…) sur le sol national. En opposition avec notre naïveté concurrentielle, c’est 2804 entreprises qui ont été touchées dans 150 secteurs d’activités différents.

[…]

Par Alain Juillet, Président du CDSE pour cdse.fr

En savoir plus :

https://www.cdse.fr/spip.php?article886

Les PME et le lobbying …

Posté par Arnaud Pelletier le 22 juin 2011

Quand on pense lobbying, on imagine les machines opaques des multinationales tentaculaires déferler dans les couloirs du parlement européen filmé à la manière du dernier film produit par Steven Spielberg. Pourtant en matière d’influence big n’est pas forcément beautiful.

La première raison qui peut pousser des PME à s’engager dans une démarche de lobbying, c’est l’utilité.

[…]

Une évolution sur l’une de ses six forces est l’équilibre d’un marché est remis en cause. Les PME ont donc tout intérêt à agir, au moins d’un point de vue défensif, pour protéger leurs intérêts. D’autant que cela est possible. Comment pratiquent-elles ?

Pour illustrer son propos l’auteur utilise notre vidéo :


12_LOBBYING_ET_INFLUENCE par Starteg-IE

Par Mikaël Cabon pour lobbycratie.fr

En savoir plus : http://www.lobbycratie.fr/2011/06/21/les-pme-et-le-lobbying-peu-importe-la-taille/

L’Intelligence Economique à destination des PME …

Posté par Arnaud Pelletier le 21 juin 2011

Il y a quelques jours, à l’occasion d’un petit déjeuner organisé par Idelux, à Pétange au Grand-Duché de Luxembourg, Pierre-yves Debliquy a animé une conférence sur le thème de l’Intelligence Économique à destination des PME sous le titre “L’intelligence stratégique, le meilleur outil pour devancer vos concurrents et assurer le succès de votre entreprise”.

[…]

Les 3 idées maîtresses passées aux PME à l’occasion de cette conférence sont:

  • faites de l’IE
  • comprenez le Web
  • Google n’est pas le Web

Ces trois messages importants ont été proposés et défendus en passant en revue:

  • les mutations dans le domaine de la gestion d’entreprise, conséquences de la montée en puissance d’Internet
  • les trois piliers de l’intelligence stratégique (la veille, la sécurité de l’information, le lobby et l’influence)
  • les quatre C du Web (Connaître, Communiquer, Collaborer et Commercer)
  • quelques espaces du Web dans lesquels touver des informations intéressantes (youtube, facebook, scribd, slideshare)

La société Brainsfeed a mis en ligne une vidéo de cette présentation :

Conférence Intelligence stratégique – idelux 10… par Brainsfeed

 

Par Pierre-yves Debliquy pour brainsfeed.com

En savoir plus : http://www.brainsfeed.com/archives/2437-Brainsfeed-Lintelligence-strategique,-le-meilleur-outil-pour-devancer-vos-concurrents-et-assurer-le-succes-de-votre-entreprise..html?utm_source=feedburner&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+jpperrein+%28jpperrein%27s+shared+items%29

 

Agence Leprivé – Benchmark – Analyse Concurrentielle

Posté par Arnaud Pelletier le 8 avril 2010

L’Agence LEPRIVE vous apporte conseils en maitrise de l’information stratégique de votre entreprise : L’information est devenue stratégique pour devancer la concurrence ou décrocher de nouveaux marchés. Gérer et protéger cette information constitue un nouvel enjeu. Nous effectuons dans ce cadre des analyses concurrentielles précises et ciblées, dit “Benchmark”. Ces études vous permette d’obtenir des informations capitales sur votre environnement commercial afin de prendre les bonnes décisions et orienter au mieux votre stratégie. Contactez nous au : 01.34.16.10.50 ou au 06.14.01.75.32. www.leprive.biz

En savoir plus :

http://www.youtube.com/watch?v=xKoKppYbDTE

La sanction de l'adultère

Posté par Arnaud Pelletier le 11 juin 2009

L’article 212 du Code civil prévoit que les époux se doivent mutuellement fidélité, secours et assistance. Le devoir de fidélité n’est pas défini, mais la jurisprudence a eu l’occasion de préciser que celui-ci s’entend aussi bien de la fidélité au sens physique qu’au sens moral. Il y a par conséquent adultère non seulement en cas de relations physiques d’un conjoint avec un tiers, mais également en cas de forte intimité, même s’il n’y a pas eu de relation consommée. La jurisprudence a admis comme manquement à l’obligation de fidélité l’attitude provocante, la conduite légère ou immorale de l’épouse ou encore le comportement injurieux du mari qui sort avec d’autres femmes, sans pour autant qu’il y ait eu rapport physique avec une tierce personne, dès lors que les relations entretenues sont équivoques. Il en va de même de la recherche par petites annonces ou encore de l’utilisation de messageries instantanées sur internet.
L’adultère est concevable indépendamment de l’orientation sexuelle de l’individu qui le commet. L’infidélité physique s’entend ainsi aussi bien des relations sexuelles hétérosexuelles que des relations sexuelles homosexuelles.

La sanction de l’adultère peut enfin être de deux natures
Le manquement à l’obligation de fidélité constitue en premier lieu évidemment une cause de divorce ou de séparation de corps. L’adultère constitue incontestablement une faute au sens de l’article 242 du Code civil et expose celui qui l’a commis à voir le divorce prononcé à ses torts.
L’adultère peut cependant également être sanctionné sur le terrain de la responsabilité civile. La faute commise peut donner lieu à indemnisation de celui qui l’a subie et lui permettre par conséquent d’obtenir des dommages-intérêts.
L’obligation de fidélité étant d’ordre public, il est impossible aux époux de renoncer à s’en prévaloir. Une convention par laquelle les époux de dispenseraient de cette obligation suite à leur séparation de fait serait par conséquent nulle et ne pourrait être prise en compte par le juge.
Dans le même ordre d’idées, les époux restent tenus de leur obligation y compris au cours de la procédure de divorce. Tant que le divorce n’a pas été prononcé, il peut y avoir adultère. La Cour de cassation a cependant admis, dans un arrêt du 29 avril 1994 (Cass. 2e civ., 29 avr. 1994 : Bull. civ. II, n° 123 ), que « le constat d’adultère établi plus de deux années après l’ordonnance ayant autorisé les époux à résider séparément et alors que le devoir de fidélité est nécessairement moins contraignant du fait de la longueur de la procédure… » ne saurait constituer la faute cause de divorce. Il convient cependant de faire preuve de prudence : ce tempérament n’est admis qu’en cas de durée exceptionnellement longue de la procédure.

http://www.easydroit.fr/divorce-famille/procedurededivorce/adultere.htm

Le renseignement économique en marge de la loi

Posté par Arnaud Pelletier le 20 mai 2009

De plus en plus de professionnels de l’investigation pour les entreprises réclament un cadre législatif.

RENAUD LECADRE

Intelligence économique, vaste programme. En anglais economic intelligence («renseignement économique»), sa version française alimente la polémique depuis quinze ans. Elle recouvre des métiers (détectives, auditeurs, lobbyistes, stratèges en tout genre) n’ayant rien à voir entre eux. Pourtant la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, veut légiférer. Un an que ça dure, qu’on spécule sur une réglementation toujours reportée faute de consensus. Des années aussi que s’accumulent les coups tordus, les mises en examen.

L’espionnite a gangrené la vie des affaires. Au départ, ce constat : la guerre économique n’est pas qu’une simple expression. Qui dit guerre, dit renseignement. Mais à la différence de l’espionnage classique, de type Est-Ouest, apanage des Etats, le renseignement économique soulève une problématique privé-public. Alain Juillet, le Monsieur Intelligence économique du gouvernement depuis cinq ans (de Chirac à Sarkozy), le constate au moment de rendre son tablier et retourner dans le privé : «60 % du travail du MI6 britannique concerne le renseignement économique ; pour la CIA américaine, c’est 50 % ; contre 5 % en France.»

«Far West». Tout se règle à la bonne franquette, sans cadre réglementaire. Ce sont les grosses boîtes du secteur de l’armement qui travaillent main dans la main avec les services spéciaux. Mais ça coince au niveau des PME, pour lesquelles l’Etat incarne «le fisc, la douane et la répression», selon un spécialiste. Ce sont surtout d’ex-policiers, gendarmes ou militaires, qui pantouflent dans le privé. Au départ pour assurer la sécurité des locaux, puis pour donner dans le renseignement, forts de relations avec leur ancienne maison.

«Comme dans tout nouveau secteur, ça a été le Far West, reconnaît Alain Juillet. Mais il y a aujourd’hui des gens sérieux dont l’image collective est dégradée à chaque fois qu’un marginal fait n’importe quoi. Ils sont demandeurs de plus de contrôle.» Hervé Séveno, ancien policier ayant créé sa boîte d’intelligence économique (I2F), est vent debout contre «certaines relations à l’évidence incestueuses et malsaines».

L’été dernier, Alain Bauer, conseiller en sécurité proche de Nicolas Sarkozy, avait intrigué avec son idée de «guichet». Les entreprises pourraient-elles accéder aux fichiers confidentiels ? Il précise son propos : «Il doit pouvoir exister un point de rencontre entre les entreprises et l’Etat. Où une boîte puisse dire : “J’ai un problème, un Russe veut entrer dans mon capital, mon concurrent déverse ses déchets dans une rivière…” Mais l’Etat refuse de jouer au supplétif des entreprises, il se contente de compter les points, de sanctionner quand il peut.»

Un service public du renseignement dont les usagers seraient les entreprises ? Hervé Séveno s’en méfie : «Il y a des choses que l’Etat peut, sait et a le droit faire. C’est régalien, mais à chacun son métier. L’interlocuteur naturel des entreprises, c’est Bercy, pas un policier ou un militaire.» Benoît de Saint Sernin, créateur de l’Ecole européenne d’intelligence économique, milite également pour une «démilitarisation» du secteur. Pour cet ancien de Disney, «le concurrent n’est pas Astérix mais un séjour de trois jours en Corse ou un week-end low-cost à Prague». Il inclut volontiers le lobbying dans l’intelligence économique et pointe notre culture d’ingénieur : «Ce n’est plus seulement le meilleur produit au meilleur prix. Il y a aussi des réseaux, l’influence.»

Dérives. MAM est loin de ces considérations. Encore une loi de circonstance ? Le code pénal est amplement suffisant pour condamner les dérives barbouzardes. Sa réforme, incluse dans le projet Lopsi II (loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure), vise à réglementer les officines «dont l’activité principale est la recherche d’informations non disponibles qui ont une incidence significative pour l’évolution des affaires». C’est quoi une «information non disponible» ? Une «incidence significative» ? On comprend que la réponse tarde à venir.

http://www.liberation.fr/societe/0101566940-le-renseignement-economique-en-marge-de-la-loi

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook



Twitter

Abonnez vous