école | Le blog de l’information stratégique
Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …

Articles taggués ‘école’

Comment devenir un détective privé ?

Posté par Arnaud Pelletier le 16 mai 2013
  • Le métier de détective privé intrigue souvent.
loupeComment sont formés ces femmes et ces hommes capables de nous observer à notre insu pour le compte d’un tiers ? Eléments de réponses avec Daniel Robillard, le fondateur de la Normill, la première école française de détectives privés.

Comment devient-on détective privé ? Quelles matières faut-il étudier ? Quelles qualités faut-il pour exercer ce métier ? Daniel Robillard, le fondateur de la Normill, la toute première école française proposant une formation de détective privé, répond aux questions de Planet.

  • Planet : Comment se déroule la formation à l’école Normill ?

Daniel Robillard: “Fondée en 1983, Normill est différente des trois autres établissements * proposant ce type d’enseignement car elle ne dépend par d’une faculté mais du Rectorat de Paris.  Elle propose par ailleurs une formation à distance en six mois ou un an et ne délivre pas de diplôme. Ce que nous enseignons est en quelque sorte une préformation ou une classe préparatoire qui facilite ensuite l’entrée des étudiants dans les autres établissements. Nous proposons par ailleurs un programme axé sur les différentes techniques de recherches et d’investigation. Il peut ainsi suffire à ceux qui ont déjà un métier et souhaitent apprendre certaines méthodes de recherches spécifiques, comme les employés de services contentieux ou de recouvrement qui traquent les débiteurs.

[…]

* Les trois formations officielles :

  • L’IFAR (Institut de Formation des Agents de Recherche), école privée située à Montpellier. 22 disciplines sont enseignées. Elles recouvrent toutes les missions de l’agent et son cadre de travail. Un programme de 1200 h et 4 mois de stage pratique pour un coût de 5373€ (prix constaté en avril 2011).
  • Licence professionnelle “Sécurité des biens et des personnes, option enquêtes privées” à l’université de Melun. 360 h de formation et 400 h de stage pour un coût de 2400€ (prix constaté en avril 2011).
  • Licence professionnelle “Agent de recherches privées” à l’université de Nîmes. 458 h de formation et 14 semaines de stage en entreprise. A noter : le coût de la formation est gratuit après une inscription d’étudiant à l’université.

Par Anaïs Korkut pour planet.fr

En savoir plus :

Source http://www.planet.fr/societe-comment-devenir-detective-prive.342214.29336.html

Source http://www.over-blog.com/Comment_devenir_detective_prive_etudes_formations-1095203869-art117085.html

 

La vie privée numérique doit être abordée à l’école …

Posté par Arnaud Pelletier le 29 septembre 2011

La CNIL britannique a publié ce mardi (30/08/11) un avis dans lequel elle souhaite que les problématiques de vie privée et de confidentialité soient abordées dès l’école primaire. Un récent sondage mené au Royaume-Uni a montré que la majorité des sondés s’intéresse peu à ces sujets, pourtant primordiaux.

À l’heure où les outils de communication sont omniprésents, la protection des données personnelles est plus que jamais primordiale. L’explosion des réseaux sociaux, des mondes virtuels et des services en ligne a effectivement poussé les internautes à livrer toujours plus d’informations confidentielles, au risque de ne plus parvenir à gérer cette pléthore de données.

Face à ce défi, la CNIL britannique (ICO, Information Commissioner’s Office) souhaite agir en amont afin d’offrir aux internautes du Royaume-Uni le moyen de mieux gérer la diffusion de leurs données personnelles sur la toile. L’organe public aimerait en particulier sensibiliser dès l’école les plus jeunes, très à l’aise avec l’outil informatique mais pas toujours très conscients de l’importance de la problématique de la vie privée.

Le souhait de l’ICO de présenter les enjeux de la vie privée sur Internet fait écho à un récent sondage portant sur 4 000 jeunes Britanniques. Celui-ci a mis en lumière que 88 % des collégiens et 39 % des écoliers ont un profil sur un réseau social, tout en soulignant que 60 % des sondés n’ont pas lu les conditions d’utilisation du service, 32 % ne savent pas ce qu’est une politique de confidentialité et 23 % ne savent pas où la trouver sur le site.

[…]

Par Julien L pour numerama.com

En savoir plus :

http://www.numerama.com/magazine/19662-la-vie-privee-doit-etre-abordee-a-l-ecole-estime-la-cnil-britannique.html

Formation : détectives privés …

Posté par Arnaud Pelletier le 26 avril 2010

Montpellier, précurseur de la formation de détectives

L’Ifar forme les agents de recherches privés. Gros plan sur une école “intrigante”…

Finis les Hercule Poirot, les Pepe Carvalho et les Nestor Burma. « Avant, on retrouvait les dinosaures, les autodidactes, ceux qui apprenaient sur le tas… Aujourd’hui, cette époque est révolue. Le métier s’est volontairement professionnalisé », explique Yves Conversano, directeur de l’Institut de formation des agents de recherches (Ifar), installé au Millénaire.
Dix-sept ans que la formation existe et pourtant tout un combat… Ce n’est en effet qu’en 2003 que l’Institut des agents de recherches privés a obtenu l’homologation par le ministre du Travail. Car, désormais, les aspirants détectives doivent obtenir un diplôme pour exercer. Ce titre, délivré par l’Ifar, reconnu comme étant un diplôme d’État est inscrit au répertoire national des certifications professionnelles.

Il permet aux étudiants, après une année d’étude, d’être salariés ou directeurs d’une agence de recherches privées. À Montpellier, cette année, ils étaient 200 candidats de toute la France à postuler, 90 d’entre eux présentaient les prérequis. Une vingtaine a été retenue. Autant dire peu par rapport à l’engouement que suscite le métier.
Particulièrement « lourde et costaud », cette formation propose 700 heures de théorie et 500 de pratique. Des techniques d’enquêtes et d’investigations aux cours de “désilhouettage” en passant par la filature ou les techniques de photographie, une vingtaine de disciplines est abordée.
Des matières certes attirantes, encore faut-il être parfaitement aguerri en droit. « C’est un élément essentiel dans notre recrutement. Le futur détective exercera une profession libérale qui consiste à recueillir, même sans faire état de sa qualité ni révéler l’objet de sa mission, des informations ou des renseignements destinés à des tiers pour la défense de leurs intérêts. Sauf qu’il n’a pas le droit de faire n’importe quoi. Il doit parfaitement connaître la loi. » Mais qui sont donc ces apprentis détectives ? « D’année en année, on retrouve les mêmes profils. Des titulaires de masters ou de doctorats en droit, d’anciens juges d’instruction, des notaires ou encore des flics en reconversion », constate Yves Conversano. […] ».
[…], il peut exiger entre 1 500 et 2 500 € pour un constat d’adultère. Ensuite, un forfait peut également être défini en fonction des moyens à mettre en oeuvre. Si cette formation connaît un vif succès, Yves Conversano pointe toutefois du doigt, l’exception française. « En France, on attend la catastrophe pour faire appel à nous, l’extrême limite. Dans les pays anglo-saxons, on est plus préventif, on anticipe, on vérifie. »
Sandra CANAL

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook



Twitter

Abonnez vous