Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …
Téléphone Arnaud Pelletier +33 (0)1.34.16.10.50
contact@arnaudpelletier.com

Articles taggués ‘linkedin’

salariésLes techniques d’ingénierie sociale qui trompent la vigilance d’employés et exposent des données sont toujours plus sophistiquées. Les entreprises doivent gérer le risque et former leurs équipes.

Quel employé peut reconnaître une tentative d’exfiltration de données derrière un email portant sur un plan social ou identifier le faux profil LinkedIn d’un présumé consultant en recrutement de grand groupe IT ? Déjà bien rodées, les techniques d’ingénierie sociale qui permettent de tromper la vigilance de cibles pour obtenir un accès à des données sensibles sont de plus en plus sophistiquées.

Par Ariane Beky pour silicon.fr

En savoir plus :

Source http://www.silicon.fr/ingenierie-sociale-employes-maillon-faible-cybersecurite-129728.html

Crédit Photo : Shutterstock

Faux profils LinkedIn et ingénierie sociale …

Posté par Arnaud Pelletier le 14 octobre 2015

shutterstock_81998779Des chercheurs ont mis au jour 25 faux profils utilisés sur LinkedIn par des hackers présumés iraniens. Le même groupe serait à l’origine de l’opération Cleaver dévoilée l’an dernier.

Des chercheurs en cybersécurité de Dell SecureWorks déclarent avoir mis au jour un réseau de faux profils sur LinkedIn. Ces faux profils seraient utilisés par des hackers présumés iraniens dans le but d’entrer en contact avec des cibles potentielles dans le monde, les manipuler et leur extirper de l’information sensible (ingénierie sociale), selon l’analyse de la firme de sécurité.

[…]

Des chercheurs de F-Secure ont découvert que, pendant ces dernières semaines, de faux profils de recruteurs ont servi à recueillir des renseignements pour repérer des experts en sécurité informatique sur Linkedin.

[…]

Par Ariane Beky pour silicon.fr et Jean Elyan pour ictjournal.ch

En savoir plus :

Source http://www.silicon.fr/hackers-iraniens-faux-profils-linkedin-128535.html

Et aussi : http://www.ictjournal.ch/fr-CH/News/2015/09/07/De-faux-recruteurs-hameonnent-des-experts-en-securite-IT-via-Linkedin.aspx

Crédit Photo : Shutterstock

 

Comment booster sa carrière sur LinkedIn …

Posté par Arnaud Pelletier le 30 juin 2010

Comment booster sa carrière? Être ami avec Bill Gates sur LinkedIn !

Si vous avez des contacts célèbres ou importants parmi votre réseau sur LinkedIn, vous avez beaucoup plus de chances d’obtenir des entretiens d’embauche selon une étude de la Hogeschool-Universiteit Brussel (HUB) .

Les contacts sur LinkedIn: un facteur important pour 1 recruteur sur 3

Ralf Caers, chercheur et professeur à la HU Brussel a mené avec un étudiant une étude portant sur l’importance de l’influence des réseaux sociaux LinkedIn et Facebook sur les employeurs. Ils ont interrogé plus de 700 responsables du recrutement. La conclusion: un responsable du recrutement sur trois dans les entreprises flamandes est sensible à l’importance du réseau en ligne.

Bill Gates : garantie de compétence

« Nous ne pensions pas qu’ils seraient aussi nombreux à se laisser séduire par de faux jugements », dit Caers. « Prenons un spécialiste IT, par exemple, et disons qu’il a Bill Gates parmi ses contacts. Le recruteur se dit que ce spécialiste doit forcément être compétent. Le candidat est associé aux facultés de Bill Gates. C’est pourtant une erreur de jugement de tirer de telles conclusions de cette ‘amitié’. »

[…]

Juger d’après les photos

Deux tiers des recruteurs recherchent également des informations pertinentes sur le profil LinkedIn, telles que les formations et les expériences professionnelles. Mais 44% visitent ensuite le profil Facebook du candidat afin d’en déduire des informations plus personnelles. Ils basent notamment leur jugement sur les photos affichées.

[…]

Texte: E.F. – Source: Intermediair.nl

En savoir plus :

http://www.references.be/carriere/comment-booster-sa-carri%C3%A8re-%C3%AAtre-ami-avec-bill-gates-sur-linkedin

Réseaux sociaux : limiter les risques en entreprise …

Posté par Arnaud Pelletier le 9 avril 2010

Sécurité – Utilisés de façon interne et externe, les réseaux sociaux sont aujourd’hui la norme dans de nombreuses entreprises. De quoi multiplier les risques de sécurité. Quelles contre-mesures faut-il alors appliquer ?

Hier encore méfiantes, les entreprises ouvrent aujourd’hui leurs bras aux réseaux sociaux. Facebook, Twitter et autres LinkedIn sont aujourd’hui utilisés en interne mais aussi et surtout en externe afin d’intégrer ce média dans l’activité commerciale.

Ainsi, selon une enquête de Forrester menée auprès de 900 DSI (Amérique du Nord et Europe), 26% des entreprises ont déjà intégré l’utilisation des réseaux sociaux à des fins externes ou internes et la moitié de ces entreprises a prévu d’étendre ou de mettre à jour ce qu’ils ont déjà implémenté. Enfin, 6% des répondants ont prévu d’intégrer l’utilisation des réseaux sociaux à leur activité.

Les bénéfices sont connus mais les risques sont multiples. L’institut d’études cite par exemple les attaques de malware ou des tentatives de phishing, menant à l’infiltration de logiciels malveillants dans l’infrastructure de l’entreprise, la perte de données sensibles par le biais d’employés mal informés sur l’utilisation et la sécurité de ces réseaux.

Facebook le plus dangereux

Ou encore la dégradation de l’image de l’entreprise, via le détournement de comptes existants ou la création de faux comptes par des individus ne travaillant pas dans l’entreprise.

Une autre étude menée cette fois par l’éditeur de sécurité Sophos montre que 72% des sondés estiment que le comportement de leurs salariés sur les sites de réseaux sociaux peuvent “mettre en danger la sécurité de leur activité”.

Et quand il s’agit de classer les sites de réseautage qui posent le plus de problèmes de sécurité, Facebook sort en tête à 61%, suivi de MySpace (18%), Twitter (17%) et LinkedIn (4%).

[…]

par Olivier Chicheportiche, ZDNet France

En savoir plus :

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39750681,00.htm

Quitter le monde des réseaux sociaux avec Suicide Machine

Les créateurs de l'application en ligne Web 2.0 Suicide Machine ont décidé de ne viser que les plateformes comptant plus de 100 millions d'utilisateurs: Facebook, Twitter, MySpace et LinkedIn Les créateurs de l’application en ligne Web 2.0 Suicide Machine ont décidé de ne viser que les plateformes comptant plus de 100 millions d’utilisateurs: Facebook, Twitter, MySpace et LinkedIn

Une application en ligne permet de disparaître de réseaux sociaux, tels Facebook ou Twitter, en quelques minutes. Elle répond ainsi aux attentes de nombreux internautes qui trouvent leur alter ego virtuel beaucoup trop envahissant

Julian Pidoux
Le Matin Dimanche

Vous voulez disparaître de Facebook, de MySpace, de LinkedIn ou de Twitter? C’est désormais possible grâce à la Web 2.0 Suicide Machine; une application grauite qui purge votre présence en ligne sur certains réseaux sociaux. Depuis son lancement le 19 décembre dernier, la Suicide Machine a déjà assisté près de 1400 morts virtuelles, mettant fin à près de 95 000 amitiés sur Facebook et 280 000 tweets sur Twitter.

Rapide, facile et définitif
Une fois vos mot de passe et nom d’utilisateur entrés, il suffit de lancer la machine. Le programme éliminera alors la moindre information vous concernant, un peu comme si vous le faisiez manuellement. Mais si éliminer un par un mille amis sur Facebook prend exactement 9 heures et 35 minutes, avec Suicide Machine, l’opération ne dure que 52 minutes. […]

En savoir plus :

http://www.lematin.ch/multimedia/high-tech/quitter-monde-reseaux-sociaux-suicide-machine-224531

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook



Twitter

Abonnez vous