Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …
Téléphone Arnaud Pelletier +33 (0)1.34.16.10.50
contact@arnaudpelletier.com

Articles taggués ‘Société’

Et si votre vie privée allait bientôt disparaître …

Posté par Arnaud Pelletier le 2 octobre 2017

Le dernier iPhone lancé par Apple pour ses dix ans, le fameux iPhone X se déverrouille par reconnaissance faciale et non pas via un code ou nos empreintes digitales. Une technologie qui est appelée à se développer, pour le meilleur et pour le pire.

[…]

Les chercheurs de l’université de Stanford ont démontré, par exemple, qu’un algorithme mis au point par eux, pouvait, sur la base d’une simple photo d’un visage, déterminer si cet homme était homosexuel ou hétérosexuel. Et cela avec une véracité de 81% ! Sachant que dans plusieurs pays, l’homosexualité est un crime, on imagine aisément le danger que pourrait faire porter la reconnaissance faciale aux minorités sexuelles. Et encore bien d’autres dérives sont possibles …

[…]

Par Amid Faljaoui pour levif.be

En savoir plus :

Source http://trends.levif.be/economie/high-tech/souriez-votre-vie-privee-va-bientot-disparaitre/article-opinion-730531.html

Crédit Photo : Shutterstock

big dataLa justice américaine utilise de manière croissante les informations collectées par les objets connectés.

Bracelets fitness, réfrigérateurs, enceintes et thermostats intelligents… Les objets connectés envahissent le quotidien des consommateurs et la justice américaine utilise de manière croissante les informations qu’ils collectent, laissant toujours moins de place pour une vie vraiment privée.

L’an dernier, un homme de l’Ohio, qui affirmait s’être enfui précipitamment par la fenêtre quand sa maison avait pris feu, a été trahi par son pacemaker: les données enregistrées par l’appareil ont démenti sa version des faits, et il a finalement été inculpé pour incendie volontaire et fraude à l’assurance.

[…]

Par AWP pour bilan.ch

En savoir plus :

Source http://www.bilan.ch/economie/secrets-objets-connectes-une-dor-judiciaire

Crédit Photo : Shutterstock

Cryptage, terrorisme 2.0 : le renseignement ne meurt jamais (radio) …

Posté par Arnaud Pelletier le 20 septembre 2016

Comment les renseignements peuvent-ils assurer la sécurité de ses citoyens tout en préservant les libertés fondamentales !? Quel est le juste équilibre ? Existe-t-il plusieurs « modèles » dans les services de renseignements ? Et que nous disent-ils de l’idée que les différentes sociétés se font de leur Etat-nation?

Une émission préparée par Samuel Bernard :

Par Samuel Bernard pour franceculture.fr

Intervenants :

  • Olivier Chopin : Enseignant la sécurité internationale à Sciences Po et chercheur associé à l’EHESS, spécialiste du renseignement
  • Bertrand Warusfel : Professeur à l’Université Lille 2, avocat au barreau de Paris, enseignant à Sciences-Po
  • Mark Lowenthal : Ancien directeur-adjoint de CIA analysis; auteur de « Intelligence: From Secrets to Policy » (2000)

En savoir plus :

Source http://www.franceculture.fr/emissions/culturesmonde/le-monde-pris-en-filature-14-cryptage-terrorisme-20-le-renseignement-ne

Crédit Photo : flickr

France 5 : LES NOUVEAUX DÉTECTIVES …

Posté par Arnaud Pelletier le 20 octobre 2010

Détective privé sur France 5.fr

Auteur : CAROLE CHEYSSON
Durée : 52 minutes
Réalisateur : CAROLE CHEYSSON
Production : POISSONS VOLANTS (LES)
Participation : FRANCE TÉLÉVISIONS

Prochaine diffusion :

Vendredi 5 Novembre 2010 à 00:47

Le Resume

Formation universitaire obligatoire, agrément préfectoral, contrôle de la direction centrale du renseignement intérieur et, bientôt, dit-on, reconnaissance comme “auxiliaires de justice” : les détectives ont changé de visage.

Au-delà des adultères, leurs enquêtes s’étendent aujourd’hui des conflits familiaux à la fraude à l’assurance, en passant par le vol en entreprise, ou la surveillance préventive des employés…

Leurs compétences se sont multipliées à la demande de clients dont la suspicion est aiguisée par une société de plus en plus sécuritaire.

Sophie et Stéphanie, 23 ans, abordent la profession via leur cursus universitaire. Cours de filature et de psychologie du fraudeur sont au programme, avant d’intégrer un cabinet de détectives pour un stage.

Frédéric et Jérôme, plus aguerris, enquêtent déjà sur le terrain. En les suivant dans leurs exercices de filatures, ou lors d’une rencontre avec la “cible” pour trouver des preuves, le téléspectateur découvre une profession à l’éthique très personnelle, qui permet aux détectives de s’aventurer sur des terrains que la justice peine à atteindre.

En savoir plus :

http://documentaires.france5.fr/documentaires/les-nouveaux-detectives

Et aussi :

Le Figaro.fr

Loin du mythe, ce documentaire se penche sur les méthodes modernes des enquêteurs privés.

Il faut se faire une raison. Aujourd’hui, les détectives n’ont plus rien à voir avec les Rouletabille, Nestor Burma ou autres Jack Palmer, borsalino enfoncé jusqu’aux yeux, trench au col relevé, lunettes noires pour ajouter au cliché. Ils ressemblent à n’importe quel passant, sans signe distinctif, ce qui est justement l’objectif de tout bon enquêteur: savoir se fondre dans la foule pour mener une filature. Aujourd’hui, on ne s’improvise plus détective, on suit des études couronnées par un diplôme universitaire. Et si «dénoncer la mauvaise moralité des gens», comme le dit l’un d’eux, reste leur fonds de commerce, «les nouveaux détectives», pour reprendre le titre du documentaire de Carole Cheysson diffusé dans le cadre du magazine «Le Monde en face», foulent bien d’autres territoires. Ils enquêtent également dans le monde des entreprises, sur des litiges entre salariés et employeurs.

À l’université, on apprend aux étudiants les bases pour devenir un fin limier – «80 % de la réussite d’une mission dépend du premier entretien avec le client», «la filature est le point de départ de toute enquête», «un bon enquêteur doit savoir dire non, on n’est pas des James Bond on ne peut pas tout faire» – et les règles d’or à suivre – «la mission passe avant tout, on met de côté son petit confort, on est le plus naturel possible». Une fois leur diplôme en poche, les futurs experts de la planque font des stages dans des cabinets d’investigation. Comme Sophie, généalogiste de formation, ou Stéphanie, dont le père est à la Direction centrale du renseignement intérieur, toutes deux âgées de 23 ans.

«Faire une enquête, c’est comme chasser»

Carole Cheysson a suivi les deux jeunes femmes au cours de leurs premières filatures, cornaquées par des «pros» et deux détectives plus aguerris, Frédéric et Jérôme. «J’ai un parcours totalement atypique, explique ce dernier. J’ai été électricien sur des plateaux télé, employé dans une très grosse discothèque, j’ai vendu du fromage en Suisse et j’ai un BTS de commerce.» Son client l’a chargé de localiser une jeune femme qui lui a escroqué 70.000 euros, soi-disant pour ouvrir une pizzeria qui n’a jamais vu le jour.

L’aspect le plus intéressant de ce documentaire réside dans l’opposition entre la police et les enquêteurs privés. Ces derniers agissent quand il s’agit d’un contentieux civil ou commercial (domaine dans lequel la police n’a pas de pouvoir d’intervention) et il leur est interdit de toucher à ce qui relève du pénal. En théorie. Car souvent, une investigation peut conduire à empiéter sur le travail de la police. Et, comme le souligne Éliane Chantepie, présidente de chambre à la cour d’appel de Paris, «faire une enquête, c’est comme chasser. Quand on commence, on a envie de poursuivre. Le but est d’aboutir». Reste un autre paramètre primordial, peu présent dans le film, celui de l’argent. Avoir recours à un enquêteur privé coûte «très cher». Pourtant certains n’hésitent pas à sortir leur carnet de chèques, estimant que les détectives sauront mieux répondre à leurs demandes, car moins respectueux des lignes jaunes. D’autant que Google, Facebook et autre Twitter leur facilitent désormais la tâche.

Par Isabelle Nataf

Source :

http://www.lefigaro.fr/programmes-tele/2010/10/19/03012-20101019ARTFIG00344-les-nouveaux-sherlock-holmes.php

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook



Twitter

Abonnez vous