Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …

Articles taggués ‘corruption’

Intelligence économique : Grands contrats, une compétition loyale ?

Posté par Arnaud Pelletier le 9 janvier 2013

Les grandes compétitions commerciales sont-elles loyales ? Lors des appels d’offres internationaux, peut-on être sûrs que les règles de la concurrence seront respectées par toutes les entreprises ? Les pays de l’OCDE ont beau avoir pris des mesures pour traquer les tricheurs, certains continuent de franchir la ligne jaune.

Par Ali LAIDI et Nicolas RANSOM pour france24.com

En savoir plus :

source : http://www.france24.com/fr/20130105-intelligence-economique-grands-contrats-competition-loyale-competition-train-bresil

Corruption, mafias et renseignement …

Posté par Arnaud Pelletier le 22 novembre 2010

« Nous savons bien, en Intelligence économique, qu’il faut compter avec les escrocs, les manipulateurs, les idéologues et les criminels qui bouleversent les équilibres économiques, financiers et commerciaux. Parmi les fléaux, la corruption revêt un caractère universel. Elle a existé de tous temps dans les sociétés humaines, depuis la plus haute antiquité, chez les riches comme chez les pauvres et à tous les niveaux des organisations politiques, sociales et économiques. De nos jours, dans le cadre de la mondialisation, les médias du monde occidental évoquent constamment des cas de corruption en relation avec les méfaits de la criminalité organisée, avec les comportements aberrants des « Etats voyous » et des « Etats faillis », ainsi qu’avec ceux de plusieurs puissances privées transnationales devenues de véritables « pseudos Etats ». Enfin, la corruption est un des thèmes favoris des amateurs de scandales politico-financiers puisque les plus authentiques démocraties ne sont pas non plus à l’abri des dérives de certains de leurs citoyens, parfois même de leurs dirigeants.

Sur un tel sujet*, les renseignements les plus précis et les enquêtes les plus fiables coexistent avec des informations fantaisistes et des rumeurs incontrôlables qui désorientent les opinions publiques. Les procédures du secret se confondent alors avec celles du « non-dit » au détriment d’une connaissance objective des faits : la loi du silence fausse la perception des réalités et leurs représentations dans l’imaginaire des peuples.Face à la corruption, à la manière des cancérologues qui s’efforcent essentiellement de renforcer les « défenses immunitaires » des malades, les Etats de droit devraient, en priorité, se consacrer à respecter et à faire appliquer les règles fondamentales qui régissent les structures de base de toutes les sociétés, quitte à les rétablir quand elles ont été négligées ou bafouées. Il s’agirait d’adopter des mesures immunitaires pragmatiques, une sorte « d’hygiène sociale » comparable aux consignes sanitaires qui garantissent la sécurité des malades dans les hôpitaux, ou aux règles internationales qui s’imposent dans le transport aérien.

Il existe bien un service à composition interministérielle créé en 1993, le « Service Central de Prévention de la Corruption » (SCPC) placé auprès du Garde des sceaux, ministre de la justice, pour traiter de la prévention de la corruption et de la transparence de la vie économique et des procédures publiques. Ses missions, précisées par décret, ont donné lieu à des rapports d’activité publiés chaque année par la Documentation française, mais rares sont les Français, y compris dans la politique et la haute administration, qui en connaissent l’existence. Pourtant, en 2006, Noël Pons, ancien membre du service, a publié chez Odile Jacob un essai intitulé « Cols blancs et mains sales » dont l’énoncé des têtes de chapitres suffit à montrer la diversité et l’ampleur des pratiques de la corruption dans l’économie criminelle.

[…]
Amiral (C.R.) Pierre Lacoste*La livraison de Septembre 2010 des « Cahiers de la Sécurité » publiés par l’INHESJ, est consacrée au Renseignement. Dans la rubrique « OPINION », l’Amiral Pierre Lacoste s’interroge sur les relations entre corruption, mafias et renseignement ».

AMIRAL (C.R.) PIERRE LACOSTE

En savoir plus :

http://blogs.lesechos.fr/intelligence-economique/corruption-mafias-et-renseignement-a4385.html

Lutter efficacement contre les fuites dans votre entreprise …

Posté par Arnaud Pelletier le 18 mai 2009

Aujourd’hui la plupart des informations se trouvent à porter de main, sans difficulté et en toute légalité: Internet, Presse. Mais de nouvelles méthodes ont vu le jour : Veille Technologique ou en matière d’Intelligence économique (benchmarking..).

Mais aussi et c’est là que se trouve le réel probleme, certaines informations s’obtiennent de manière illégales: Ecoute téléphonique, corruption, intrusion informatique, manipulation …

Le travail peut se faire tout simplement en amont de façon à vérouiller une partie de l’information:

La Discretion de vos dirigeants et salariés par exemple lors de leurs déplacements (avion, train ..). Faire en sorte qu’un salarié sur le départ ne gère plus les dossiers stratégiques.

Sécurisez vos locaux. La biométrie est une technique très en vogue en ce moment mais il ne faut pas oublier que la technique a ses limites. Prenons l’exemple de l’empreinte digitale, la transpiration une coupure peuvent entrainer une anomalie dans le dessin d’une empreinte. De ce fait la plupart des constructeurs augmentent le taux de faux rejets. En conclusion il ne faut pas donner entière confiance à ce type de technique, il est préférable de la doubler par un autre moyen.

Le moyen humain reste un bonne option en complément.

Verrouillez vos systèmes d’information et plus précisement informatique. Toujours lors des déplacements de vos dirigeants et salariés, le wifi est tres vulnérable. Un tiers peut récupérer les informations contenues dans votre ordinateur ou PDA.

Les dossiers confidentiels et stratégiques doivent être traités sur des postes de travail non connectés au réseau, vos ordinateurs doivent disposer de logiciels de détection d’erreur ou d’intrusion (installez des logiciels de sécurité antivirus, anti spyware, anti spam …). N’autorisez pas n’importe quel télchargement, bannissez l’accès au messagerie instantanée du type MSN ou encore au forum d’échange.

Ces précautions restent non exhaustives mais ca permet de vous prémunir un minimum.

Après vous pouvez toujours faire un appel à un expert de l’IE ou un détective privé spécialisé dans ce domaine et surtout compétent.

Infos du 23/07/08

Posté par Arnaud Pelletier le 23 juillet 2008
Actus générales
 
La corruption au coeur de la France :
 
Le rapport Fouquet sur la sécurité juridique en matière de cotisations et contributions sociales :
 
Une avancée vers le “Small Business Act” à l’européenne :
 
Zones blanches : les opérateurs rappelés à l’ordre :
 
Ménage de la CNIL autour des annonces immobilières en ligne :
 
Défense – les services secrets doivent recruter des maîtres espions :
 
Assurance-vie non réclamée et notion d’héritier :
 
La traque s’intensifie autour des dérives de la contrefaçon :
 
Amnesty France signe la pétition contre le fichier EDVIGE :
 
Le Parlement s’apprête à enterrer les 35 heures :
 
Jurisprudence
 
L’employeur peut rechercher et identifier les sites Internet sur lesquels le salarié a surfé dans la cadre de son travail :
 
Liens utiles
 
Sur le site du ministère de l’Intérieur : Les infos sur le nouveau système d’immatriculation
 
Colloques
 
CONTREFAÇON SUR INTERNET – Les enjeux du droit d’auteur sur le Web 2.0
 
Trouvé sur le Net
 

Misterkol.com est un nouveau service Web qui prend en charge les relances aux débiteurs. Pour 50 euros HT par dossier, ce site aide les entreprises confrontées à des retards ou des incidents de paiements en contactant ses clients mauvais payeurs par e-mail, courrier, téléphone. Il peut aussi leur envoyer une mise en demeure d’un avocat.  

Corruption des syndicats, l'enquete qui derange

Posté par Arnaud Pelletier le 10 juin 2008

«Roger Lenglet, Jean-Luc Touly et Christophe de Mongermont viennent de faire paraitre « L’Argent noir des syndicats », une enquête fouillée et documentée qui met à jour (et à mal) les pratiques douteuses des organisations syndicales.
Edifiant. Depuis sa sortie, les langues se dénouent dans le monde syndical et viennent corroborer les nombreux témoignages qui ne manquent pas d’instruire un dossier lourd, très lourd.
Mais loin d’être une charge, les auteurs, syndicalistes chevronnés, proposent des solutions pour que les syndicats, à l’instar des partis politiques naguère, soient financés en toute transparence et qu’ils soient vraiment représentatifs.

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=40701

Infos du net 16/05/08

Posté par Arnaud Pelletier le 16 mai 2008
Procès des écoutes d’Hollywood : le “détective des stars” coupable
 
Protection des sources : la polémique ne tarit pas
 
Corruption économique, un fléau en pleine expansion :
 
6% des entreprises françaises reconnaissent avoir eu un problème de corruption :
 
Police-Gendarmerie : la guerre des Képis
 
La reconnaissance d’un droit à la filature des salariés ?
 
Divers
 
Le plafonnement des frais pour incident de paiement entre en vigueur :
 
Subventions illégales : les francs-maçons dans la tourmente
 
Le dumping social est-il de retour ? :
 
De la responsabilité de l’intermédiaire financier :


Source : lexisnexis – Dépêches JurisClasseur 

La loi relative à la lutte contre la corruption adoptée définitivement par le Sénat le 31 octobre est publié au Journal officiel du 14 novembre. Ce texte vise à sanctionner pénalement tout agent public qui se rend coupable de corruption active ou passive, qu’il soit français, étrangers ou relevant d’une organisation internationale (sur le projet de loi, V. JCP A 2007, act. 885 ; JCP A 2007, act. 946 ; JCP G 2007, act. 417 ; JCP G 2007, act. 471 ; JCP E 2007, act. 103).

Le texte prévoit qu’est puni « de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 € d’amende le fait, par quiconque, de proposer, (…) des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques à une personne dépositaire de l’autorité publique, chargée d’une mission de service public ou investie d’un mandat électif public, pour elle-même ou pour autrui, afin :

1° soit qu’elle accomplisse ou s’abstienne d’accomplir un acte de sa fonction, de sa mission ou de son mandat ou facilité par sa fonction, sa mission ou son mandat ;

2° soit qu’elle abuse de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d’une autorité ou d’une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable. »

En outre, « est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende le fait, par quiconque, de solliciter ou d’agréer, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques, pour lui-même ou pour autrui, afin d’abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d’une autorité ou d’une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable ».

Le texte prévoit par ailleurs l’incrimination de corruption du personnel judiciaire national (magistrat, fonctionnaire au greffe d’une juridiction, expert, personne en charge d’une mission de conciliation ou de médiation, arbitre).

Enfin, la loi traite des atteintes à l’administration publique en prévoyant des sanctions tant en cas de corruption et trafic d’influence « passifs » qu’ « actifs ».
Source : Loi n° 2007-1598, 13 nov. 2007, JO 14 nov. 2007, p. 18648


Source : lexisnexis – Dépêches JurisClasseur 

La loi relative à la lutte contre la corruption adoptée définitivement par le Sénat le 31 octobre est publié au Journal officiel du 14 novembre. Ce texte vise à sanctionner pénalement tout agent public qui se rend coupable de corruption active ou passive, qu’il soit français, étrangers ou relevant d’une organisation internationale (sur le projet de loi, V. JCP A 2007, act. 885 ; JCP A 2007, act. 946 ; JCP G 2007, act. 417 ; JCP G 2007, act. 471 ; JCP E 2007, act. 103).

Le texte prévoit qu’est puni « de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 € d’amende le fait, par quiconque, de proposer, (…) des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques à une personne dépositaire de l’autorité publique, chargée d’une mission de service public ou investie d’un mandat électif public, pour elle-même ou pour autrui, afin :

1° soit qu’elle accomplisse ou s’abstienne d’accomplir un acte de sa fonction, de sa mission ou de son mandat ou facilité par sa fonction, sa mission ou son mandat ;

2° soit qu’elle abuse de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d’une autorité ou d’une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable. »

En outre, « est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende le fait, par quiconque, de solliciter ou d’agréer, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques, pour lui-même ou pour autrui, afin d’abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d’une autorité ou d’une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable ».

Le texte prévoit par ailleurs l’incrimination de corruption du personnel judiciaire national (magistrat, fonctionnaire au greffe d’une juridiction, expert, personne en charge d’une mission de conciliation ou de médiation, arbitre).

Enfin, la loi traite des atteintes à l’administration publique en prévoyant des sanctions tant en cas de corruption et trafic d’influence « passifs » qu’ « actifs ».
Source : Loi n° 2007-1598, 13 nov. 2007, JO 14 nov. 2007, p. 18648
__________________

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook


Twitter

Abonnez vous