Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …
Téléphone Arnaud Pelletier +33 (0)1.34.16.10.50
contact@arnaudpelletier.com

Articles taggués ‘infiltration’

securiteLe criminologue Alain Bauer était l’invité de Roland Sicard sur le plateau des 4 Vérités de France 2 mardi 17 novembre.

[…]

Les services de renseignement français sont “très bons pour la collecte, très bons pour la réaction après les attentats. Et 90 % des attentats n’ont pas lieu, ils sont donc très efficaces, juge Alain Bauer. Le problème, c’est de passer de 90 à 99 %. La défaillance que nous avons, c’est qu’on a toujours créé des policiers ou des espions qui faisaient dans l’antiterrorisme. Et dans l’antiterrorisme, le temps est votre ennemi au contraire de la lutte contre le crime organisé et il faut partager tout avec tout le monde à l’inverse du contre-espionnage“.

[…]

Par la rédaction de francetvinfo.fr

En savoir plus :

Source http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/les-4-verites-pour-dejouer-des-attentats-il-n-y-a-que-le-renseignement-humain-estime-alain-bauer_1179827.html

Crédit Photo : Shutterstock

Double relaxe chez Mégnin-Bernard

Un combat juridique de haut vol. D’un côté, Thérèse Brunisso, procureure de la République. De l’autre, M e Joseph Aguerra, avocat au barreau de Lyon. Le 3 novembre dernier, les deux éminents juristes s’étaient opposés autour d’une singulière affaire. Pour débusquer un employé soupçonné de vol à grande échelle (NDLR : il était question de plus de 50.000 €), l’antenne montbéliardaise de la société Mégnin-Bernard avait fait appel à un détective privé. Un faux salarié infiltré avec la mission d’identifier celui ou ceux qui détournaient le matériel. Il ne faudra pas une semaine au faux mais efficient Michel Peltier pour faire tomber Michel Q. Un plein succès construit sur des méthodes discutables ?

[…]

Devant une période de latence et un sentiment « d’abandon », dixit son conseil, que la société ne pouvait endurer plus longtemps et partant du postulat que « tout ce qui n’est pas interdit est autorisé », l’avocat justifie l’action de ses clients. « J’ajouterai que la profession de détective privé est encadrée juridiquement. Après tout cela, je trouve paradoxal et extraordinaire que l’on vienne nous parler de morale ».

Belote, rebelote et dix de der ! Les cartes abattues par le bretteur lyonnais ont emporté la mise et, à tout le moins, la conviction du tribunal. Les deux dirigeants sont relaxés.

Par S.B. pour estrepublicain.fr

En savoir plus :

source http://www.estrepublicain.fr/actualite/2011/12/16/double-relaxe-chez-megnin-bernard

Et aussi :

http://www.lepays.fr/doubs/2011/12/16/vrai-detective-mais-faux-stagiaire-l-entreprise-relaxee

Image d’illustration  libre de droit.

« Depuis des années, nous étions confrontés à d’énormes écarts dans nos inventaires. Du matériel disparaissait régulièrement. En l’espace de quelques mois, il y en avait pour plus de 50 000 € », explique l’ancienne directrice des ressources humaines, chez Mégnin Bernard, à Montbéliard.

Devant cette hémorragie qui, par ailleurs, commençait à lézarder la réputation de l’entreprise en cette fin 2010, la direction décide de prendre ses dispositions et de s’attacher les services d’un détective privé. Sa mission : identifier le ou les employés qui détournent le matériel. Deux lettres anonymes désignent un suspect en la personne d’un syndicaliste, disposant, par essence, du statut de salarié protégé. Donc difficilement licenciable.

Michel Peltier (NDLR : un faux nom) est alors présenté comme un stagiaire au reste du personnel. En réalité, il est là pour débusquer le ou les voleurs. « Il était collé aux basques de mon client, oui ! », s’emporte M e Jean-Yves Duffet, l’avocat du syndicaliste, qui voit dans la manœuvre « un montage » contre son client. Toujours est-il qu’en l’espace de quelques jours, le privé identifie une malversation du suspect. Ce dernier aurait emballé du matériel neuf avant de le conditionner et de le balancer dans une benne. Histoire de pouvoir le récupérer plus tard. Le détective ne tergiverse pas un instant. Il prévient le supérieur du suspect qui le prend la main dans le sac. Le dossier est ficelé et l’inspection du travail est alertée pour la procédure de licenciement. Sauf que la direction de Mégnin Bernard se garde bien de préciser à l’inspectrice que tout découle du travail de l’enquêteur privé, là encore dépeint sous les traits d’un stagiaire. Ce qui vaut à l’ex DRH et au patron d’être poursuivi pour faux et entrave à l’exercice des fonctions d’un inspecteur du travail.

[…]

M e Joseph Aguera, du barreau de Lyon, se fait un malin plaisir à détricoter, fil par fil, la trame de l’accusation, la qualifiant « d’erreur de raisonnement » avant d’étayer : « On ne relève pas ici de la sphère de la chambre sociale. De quoi parle-t-on ? De vol. Et puis, le mensonge n’est pas une infraction », ironise-t-il avant d’enfoncer le clou. « Je ne veux pas persifler mais si nous avons dû avoir recours à un détective, il faut voir pourquoi. Le 5 novembre 2009, on reçoit une lettre anonyme désignant un suspect. On dépose plainte le 12 novembre. Rien ne se passe. On adresse une lettre à madame le procureur le 30 mars pour une réaction le… 13 juillet 2010. Je constate un cours lent et chaotique. Tout ce qui n’est pas interdit est autorisé. Le recours à un détective aux fins de constater une infraction est légal », analyse l’avocat qui plaide la relaxe de ses deux clients. La procureure requiert une amende de 3 000 € contre l’ex-DRH et le patron. Quant au syndicaliste, licencié depuis mais sur d’autres motifs, il sollicite 1 500 € de dommages et intérêts.

Le tribunal rendra son jugement le 15 décembre.

Par Sam BONJEAN pour estrepublicain.fr

En savoir plus :

source http://www.estrepublicain.fr/justice/2011/11/03/faux-stagiaire-vrai-detective

Encore des espions chez les écolos …

Posté par Arnaud Pelletier le 18 février 2011

Après la police, c’est maintenant au tour des multinationales d’être pointées du doigt. Elles auraient fait appel à des sociétés privées qui ont infiltré les mouvements écologistes, révèle une enquête du Guardian.

Trois grandes compagnies du secteur énergétique ont commandité des missions d’espionnage au sein des mouvements écologistes, a révélé le Guardian le 14 février. Le géant de l’énergie E.ON, le deuxième producteur britannique de charbon Scottish Resources Group, et Scottish Power [qui appartient depuis 2006 à l’énergéticien espagnol Iberdrola], l’un des premiers producteurs d’électricité, se sont offert les services d’une société de sécurité privée chargée de surveiller en toute discrétion les activités de certains militants.

Les documents obtenus montrent comment la directrice de cette société de sécurité, Rebecca Todd, a renseigné la direction des grands groupes sur les projets des écologistes, à partir des fouilles effectuées dans leurs e-mails. On la voit également ordonner à un de ses agents d’assister à des rassemblements de mobilisation et lui apprendre à se faire bien voir des écolos.

[…]

Aujourd’hui, l’enquête du Guardian apporte de nouveaux éclaircissements sur les méthodes de ces sociétés privées, dont les agents s’inscrivent comme des militants lambda sur les listes de diffusion et, pour certains, s’infiltrent en profondeur et sur plusieurs années dans les mouvements militants.

[…]

Depuis trois ans, Rebecca Todd met elle-même la main à la pâte, et utilise différentes adresses électroniques pour s’inscrire sur les listes de diffusion de toute une série de mouvements écologistes à l’origine d’importantes manifestations. Comme celle organisée lors du G20 à Londres, contre la centrale électrique d’E.ON à Kingsnorth [dans le Kent] ou encore contre l’extension de l’aéroport de Heathrow. Via ses emails, elle est informée des échanges au sein de ces mouvements et apprend à l’avance l’organisation des manifestations.

[…]

E.ON assure avoir fait provisoirement appel aux service de Vericola et de Global Open, une autre société de sécurité, car ses responsables souhaitaient savoir quand les écologistes allaient manifester ou s’ils comptaient envahir des centrales et d’autres sites, comme ils l’avaient fait par le passé. Le porte-parole d’E.ON précise que Vericola ne devait collecter que des informations publiques, et que Si Todd et ses collègues se sont procuré des informations privées, ils ont agi “de leur propre chef”. SRG et Scottish Power se sont refusés à tout commentaire.

Par Rob Evans & Paul Lewis pour The Guardian

En savoir plus :

http://www.courrierinternational.com/article/2011/02/17/encore-des-espions-chez-les-ecolos

Détective privé et œuvres d'art volées …

Posté par Arnaud Pelletier le 1 septembre 2010

Les voleurs ont le champ libre.

Doreen Carvajal pour l’International Herald Tribune.

Depuis des années, la vulnérabilité au vol des musées et des propriétaires d’œuvres d’art constitue une inquiétude rampante en France, mais deux événements survenus récemment dans le pays font jaillir le problème au grand jour.

Un cambriolage spectaculaire d’un montant de 100 millions d’euros perpétré au Musée d’art moderne de Paris en mai dernier et le procès, le mois prochain, de trois hommes liés à un audacieux fric-frac dans l’appartement de la petite fille de Picasso, ont révélé la vulnérabilité des propriétaires d’œuvres d’art face aux agissements de cambrioleurs particulièrement méticuleux.

Dans les deux cas, l’identité des malfaiteurs reste un mystère – […]

La France et l’Italie en première ligne

[…]

Un “brin d’ADN”

Ce type de bandes est-il responsable du vol perpétré au Musée d’art moderne de Paris ? Charles Hill, ancien enquêteur de Scotland Yard devenu détective privé, s’est infiltré dans le milieu pour retrouver “Le Cri” d’Edvard Munch après sa disparition en 1994 de la Galerie Nationale d’Oslo. Il a également retrouvé un Vermeer dérobé par des malfaiteurs irlandais dans un manoir britannique. “Ces groupes s’apparentent à un brin d’ADN ; ils sont tous reliés les uns aux autres sur le même cordon, détaille Charles Hill. Ils sont en contact étroit avec des criminels du Benelux, Belgique et Hollande, en particulier pour le recel des œuvres“. Bien qu’ils soient extrêmement peu loquaces sur les investigations en cours à Paris, la police française et le juge chargé de l’enquête contestent l’idée d’une implication du gang de la Brise de Mer.

[…]

En savoir plus :

http://www.presseurop.eu/fr/content/article/325531-les-voleurs-ont-le-champ-libre

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook



Twitter

Abonnez vous