Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …
Téléphone Arnaud Pelletier +33 (0)1.34.16.10.50
contact@arnaudpelletier.com

Publication

Travaux

Interview

Appli iOS / Android


Translator

Newsletter

Entrez votre adresse email :

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …



Arnaud Pelletier


Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook



Twitter

Abonnez vous

Articles taggués ‘twitter’

Attention, cliquez, vous êtes fichés !

Posté par Arnaud Pelletier le 2 juin 2014

Cliquez, vous êtes fichés ! Autrefois, la police fichait les criminels, les délinquants, les artistes et les homosexuels. Aujourd’hui, le plus grand fichier est totalement ouvert. Ce ne sont plus les policiers qui le remplisse mais nous-mêmes, en surfant sur les réseaux sociaux. le Journal de l’Intelligence économique d’Ali Laïdi a enquêté dans le monde interlope du fichage des citoyens.

1

Jean Cocteau, Pablo Picasso, Joséphine Baker… ou Adolphe Hitler… Tous épinglés au fichier central du Ministère de l’Intérieur français. Les raisons : ils étaient homosexuels, étrangers ou activistes politiques. Bref, aux yeux de la police, tous suspects… comme les criminels, les prostitués et les vagabonds.

[…]

[…]

Par Thomas DUDZINSKI , Noreddine BEZZIOU , Camille RUSTICI pour france24.com

En savoir plus :

Source http://www.france24.com/fr/20120421-2012-04-21-0410-wb-fr-intelligence-eco/

Réseaux sociaux, communication et police nationale …

Posté par Arnaud Pelletier le 10 février 2014
1Les affaires du lanceur de chat à Marseille et de l’agression d’un jeune homme handicapé près de Grenoble ont mis à l’épreuve la police nationale française sur les réseaux sociaux. Entretien avec Jérôme Bonet, chef du service communication de l’institution.
[…]
  • Comment avez-vous réagi aux alertes lancées sur Twitter et ailleurs dans les affaires du lancer de Marseille et celle de l’agression d’un jeune handicapé près de Grenoble ?

Notre premier réflexe, c’est de rediriger les signalements vers la plateforme Pharos qui est compétente sur ces dossiers. Les personnes qui animent nos comptes sur les réseaux sociaux sont avant tout des communicants, ils ne sont pas dans l’opérationnel. Mais nous avons pris conscience du fait que nous sommes identifiés par les internautes comme représentants de la police sur les réseaux. C’est pourquoi nous leur avons répondu et que nous avons rendu compte par la suite des développements de ces affaires sur Twitter et Facebook.

[…]

Par Adrien Sénécat pour lexpress.fr

En savoir plus :

Protéger votre vie privée sur les réseaux sociaux …

Posté par Arnaud Pelletier le 2 juillet 2013

1Des millions d’internautes partagent leurs données personnelles (messages, photos, vidéos) avec leur entourage sur les réseaux
sociaux sans savoir que ces mêmes réseaux peuvent les utiliser, les modifier ou les transmettre… Cette information sensible est savamment noyée au milieu des conditions générales.

L’UFC-Que Choisir vous propose de dire stop à ces pratiques inadmissibles et lance une campagne de mobilisation intitulée :

« Je garde la main sur mes données » !

A cette occasion deux vidéos éducatives sont à disposition :

  •  Facebook : sécuriser votre profil

  • Twitter : sécuriser votre compte

Par la rédaction de quechoisir.org

En savoir plus :

source http://www.quechoisir.org/telecom-multimedia/internet/etude-reseaux-sociaux

Diffamation sur Internet : la loi veille …

Posté par Arnaud Pelletier le 18 avril 2013
1La démocratisation du web a des effets pervers comme nous le constatons chaque jour dans l’actualité des high-tech. […] Mais qu’il s’agisse de se protéger de telles attaques ou à l’instant de déverser sa mauvaise humeur contre son voisin ou son supérieur hiérarchique sur internet, mieux vaut y réfléchir.
[…]
  • La loi française n’est applicable… qu’en France

Pour briser les idées reçues, il ne faut pas oublier que sur Internet tout n’est pas permis et que l’anonymat n’existe pas. Les procédures initiées par les avocats et les tribunaux se sont rodées et s’adapter aux évolutions. Diffamation et injure, qui visent nommément une personne ou une structure, ou dénigrement de produits ou services, la loi veille. Il en va de même de l’usurpation d’identité. Créer une page Facebook ou un compte Twitter à la place d’autrui est un délit.
[…]
  • Trois mois pour lancer une action en justice

Si l’arsenal législatif semble en cours d’évolution positive, des difficultés persistent néanmoins. Une action en justice pour diffamation n’est recevable que si elle est lancée dans les 3 mois suivant la diffusion des propos.

[…]

Par Sylvain Lefèvre pour 01net.com

En savoir plus :

Source http://www.01net.com/editorial/589783/diffamation-sur-internet-les-francais-connaissent-ils-la-loi/#?xtor=EPR-1

Les données personnelles : un enjeu géopolitique …

Posté par Arnaud Pelletier le 29 octobre 2012

Le groupe des CNIL européennes (G29) a récemment rendu publiques les conclusions de l’étude menée au sujet des nouvelles règles  de confidentialité de Google, en vigueur depuis le 1er mars 2012. Il apparait que « les nouvelles règles de confidentialité suggèrent l’absence de toute limite concernant le périmètre de la collecte et les usages potentiels des données personnelles », c’est pourquoi « les autorités européennes demandent à Google de fournir une information plus claire et plus complète sur les données collectées et les finalités de chacun de ses traitements de données personnelles ».

[…]

  • La dualité des technologies américaines

Outre la question de l’exploitation des données personnelles à des fins commerciales, qui constitue le modèle économique des sociétés telles que Google, un enjeu se situe au niveau géopolitique, du fait que le Patriot Act permet aux autorités américaines d’accéder aux données manipulées par les firmes implantées sur le sol étasunien, au nom de la lutte anti-terroriste, y compris lorsque les serveurs sont situés à l’étranger.

[…]

  • Une Europe conciliante

Dans l’optique de protection des libertés individuelles, le G29 fait valoir l’applicabilité du droit européen, notamment auprès de Google au sujet de ses nouvelles règles de confidentialité, mais la politique de l’Union Européenne consiste généralement à céder aux demandes des États-Unis s’agissant d’accès aux données personnelles, comme cela a été le cas au sujet des données relatives aux passagers aériens (Passenger Name Record) et des données bancaires des citoyens européens (accord SWIFT).

[…]

Par la rédaction de knowckers.org

En savoir plus :

source http://www.knowckers.org/2012/10/les-donnees-personnelles-un-enjeu-geopolitique/

A lire et voir sur cnil.fr :

Depuis plusieurs années, la CNIL mène des actions à destination des jeunes, des enseignants et des familles pour les sensibiliser aux bonnes pratiques sur les réseaux sociaux.

[…]

24 millions. C’est le nombre de Français inscrits sur Facebook aujourd’hui 1. Ils sont autant à se rendre sur Youtube chaque mois, ce qui représente 1,3 milliard de vidéos vues.2

En 2011, la CNIL a reçu 700 plaintes portant sur les problèmes d’opposition à la diffusion de contenus sur internet, soit une augmentation de 42% par rapport à 2010.

La CNIL souhaite sensibiliser les jeunes à l’impact que peuvent avoir leurs publications sur les réseaux sociaux et donner au grand public les clefs pour un usage d’internet qui soit plus responsable et  respectueux de la vie privée.

[…]

L’objectif de la vidéo interactive Share the Party* est de faire vivre une expérience aux internautes et de les responsabiliser en les immergeant dans une scène de la vie courante d’un jeune. Un adolescent participe à une soirée et en filme les temps forts avec la possibilité de les “partager ou pas” sur les réseaux sociaux. En fonction de ses choix, la soirée ne se terminera pas de la même manière et l’adolescent devra assumer les conséquences, heureuses ou malheureuses, de ses actes. Ainsi, 11 fins différentes sont possibles.

[…]

Par la CNIL sur cnil.fr

Source : http://www.cnil.fr/nc/la-cnil/actualite/article/article/partager-votre-soiree-ou-pas-a-vous-de-faire-les-bons-choix/

Et aussi : http://www.youtube.com/watch?feature=iv&annotation_id=annotation_79175&src_vid=eNw5vF6PZC4&v=guV0yGrUmco

Services de renseignement et réseaux sociaux …

Posté par Arnaud Pelletier le 16 février 2012

A lire sur mondialisation.ca :

Une nouvelle étude parue dans le 2012 Intelligence Studies Yearbook, publié par le Mediterranean Council for Intelligence Studies (MCIS) indique que l’utilisation des médias sociaux constitue « la nouvelle façon avant-gardiste de recueillir des renseignements tactiques à l’aide de logiciels libres ». Joseph Fitsanakis d’IntelNews.org, co-auteur de l’étude, écrit :

Nous expliquons que les agences de renseignement voient de plus en plus Facebook, Twitter, YouTube, et une foule d’autres plateformes de réseautage comme des façons inestimables d’acquérir des informations. Nous basons nos conclusions sur trois récentes études, lesquelles, selon nous, mettent en lumière la fonction des réseaux sociaux dans la collecte de renseignement. (Joseph Fitsanakis, Research: Spies increasingly using Facebook, Twitter to gather data, intelNews.org, 13 février 2012)

L’étude ne mentionne toutefois pas que les agences de renseignement utilisent les médias sociaux à d’autres desseins. L’étude porte à croire que les médias sociaux servent uniquement à la collecte de renseignement, alors qu’en réalité, de nombreux reportages ont démontré qu’ils sont utilisés à des fins de propagande et pour la création de fausses identités utilisées dans des opérations clandestines. Ces pratiques sont explorées dans des articles publiés en 2011 sur Global Research (Army of Fake Social Media Friends to Promote Propaganda, Social Media: Air Force ordered software to manage army of Fake Virtual People et Pentagon Seeks to Manipulate Social Media for Propaganda Purposes).

L’étude du MCIS est en partie basée sur le « printemps arabe », lequel aurait « incité le gouvernement étasunien à commencer à développer des directives pour puiser des renseignements sur les sites de réseautage ».

[…]

Par Julie Lévesque pour mondialisation.ca

En savoir plus :

source : http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=29294

 

Critiquez-vous votre entreprise sur Facebook ?

Facebook est une gigantesque machine à café, où chacun évoque son quotidien, ses vacances et… son job. En France, 15% des salariés -soit 2,5 millions de personnes rien que pour le privé – évoquent leur entreprise sur les réseaux tels que Facebook ou Twitter, selon un sondage Viavoice pour l’agence de communication Hopscotch publié ce jeudi. Si les deux tiers des sondés participent à la bonne réputation de leur boite en en parlent “plutôt de façon positive”, un sur cinq la décrit sur les réseaux sociaux “plutôt de façon négative”. 12% ne se prononcent pas.

Les plus critiques sont les 25-34 ans (32,9%), alors que les 18-24 ans (9,3%) et les 35-49 ans (10,4%) sont plus sages. Les critiques varient également en fonction de la catégorie socio-professionnelle: les ouvriers interrogés par Viavoice sont plus critiques que les cadres (38,2% contre 11,6%).

Les salariés du public semblent mieux armés que ceux du privé, puisque 18,7% sont sensibilisés par une charte ou un guide, contre 8,6% dans le privé.

Des salariés conscients des risques

[…]

Mais ils ne comptent pas s’arrêter pour autant. 64% estiment qu’au cours des années qui viennent, les critiques des entreprises par leurs salariés seront de plus en plus répandues sur les réseaux sociaux.

Par LEXPRESS.fr

En savoir plus :

http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/emploi/critiquez-vous-votre-entreprise-sur-facebook_950253.html

Quand Facebook fait peur à la police …

Posté par Arnaud Pelletier le 13 décembre 2010

Dans une note interne que Bakchich s’est procurée, la direction de la police nationale met en garde ses fonctionnaires contre l’anti-France et rappelle qu’ils s’exposent sur les réseaux sociaux à des poursuites pénales.

La direction générale de la police nationale n’est pas très friande des réseaux sociaux tels Facebook ou Twitter. En témoigne cette note interne adressée à ses ouailles et sur laquelle Bakchich a mis la main.

« Ces nouveaux modes de communication (…) présentent de grandes facilités d’utilisation mais recèlent aussi des dangers.(…) De nombreux policiers et personnels administratifs ou contractuels du ministère de l’Intérieur sont inscrits sur ces sites communautaires. Si certains de ses utilisateurs veillent à la nature des informations qu’ils diffusent et au choix des personnes qui ont accès à leur profil, force est de constater que d’autres y détaillent des aspects de leur vie personnelle (composition et photos de famille, domiciliation, centres d’intérêt, établissements fréquentés…) ou professionnelle (appartenance à la police nationale, domiciliation professionnelle, nature des activités exercées…). »

C’est là où ça se corse pour nos hommes en bleu, sûreté nationale oblige : « Ces renseignements sont susceptibles d’exposer les intéressés à d’éventuelles actions de malveillance (menaces, chantages, représailles) du fait de leur profession. Elles peuvent aussi porter atteinte à l’image et à la réputation de leur auteur, et par extension à l’ensemble de la police nationale. » Bigre !

[…]

Par la rédaction de bakchich.info

En savoir plus :

http://www.bakchich.info/Facebook-fait-peur-a-la-police,12556.html

La police met en garde sur l'usage de Facebook et Twitter …

Posté par Arnaud Pelletier le 19 novembre 2010

PARIS — La hiérarchie policière a récemment mis en garde les policiers pour l’usage des réseaux sociaux sur internet, comme Facebook ou Twitter, leur rappelant leurs “obligations déontologiques” et de “secret professionnel”.

Dans une note de service diffusée cet été dans les services de police, que l’AFP s’est procurée mercredi, le Directeur général de la Police nationale (DGPN), Frédéric Péchenard, évoquant Facebook ou Twitter, relève que “de nombreux policiers et personnels administratifs” y sont inscrits et que certains y “détaillent des aspects de leur vie personnelle ou professionnelle”.

“Ces renseignements sont susceptibles d’exposer les intéressés à d’éventuelles actions de malveillance du fait de leur profession”, écrit-il, et “peuvent porter atteinte” à leur “réputation” ainsi qu’à celle de la police.

M. Péchenard rappelle donc que tous manquements aux règles de déontologie sont “passibles de poursuites pénales et disciplinaires”, appelant par ailleurs les policiers ayant accès à des données classifiées et bénéficiant d’une habilitation “Secret défense” à être encore plus vigilants.

Ces derniers, “par leur présence sur les réseaux sociaux, s’exposent à des tentatives d’approche par des services de renseignement étrangers”, prévient encore le DGPN.

[…]

Source AFP

En savoir plus :

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j6FNjKk3FQkzvxIRandyrH3qau_g?docId=CNG.b930bf6b79100d660c1cd57851810a4e.241