Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …
Téléphone Arnaud Pelletier +33 (0)1.34.16.10.50
contact@arnaudpelletier.com

Articles taggués ‘economie’

Espionnage de l’économie française …

Posté par Arnaud Pelletier le 21 décembre 2016

cloudUn rapport choc de la délégation parlementaire au renseignement, dont Le Figaro  révèle le contenu, met en lumière les redoutables méthodes de nos «amis » américains.

Vol d’ordinateur dans des chambres d’hôtel, disparition de brevets dans le Thalys entre Paris et Bruxelles, pénétration d’agents à l’occasion d’une visite, piratage de technologies… Alors qu’une crise endémique tenaille le pays et réveille les appétits les plus féroces, des fleurons de l’économie française font l’objet d’un pillage vertigineux. Animé par un cynique théâtre d’ombres que ne renierait guère John le Carré, il prendrait même depuis vingt ans une forme industrielle. Cet édifiant état des lieux émane d’un rapport choc de la délégation parlementaire au renseignement, composée de parlementaires tous habilités au «secret-défense» et emmenés par le président de la commission des lois à l’Assemblée, le député (PS) Jean-Jacques Urvoas, qui vient d’effectuer une plongée au cœur des services de renseignements et de la sécurité nationale. Ce document de 175 pages, porté à la connaissance du Figaro, pointe une «plurivoracité de la prédation économique» liée à une «technicisation de l’espionnage» mais aussi l’«utilisation croissante du vecteur Internet».

[…]

Par Christophe Cornevin pour lefigaro.fr

En savoir plus :

Source http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/12/18/20002-20141218ARTFIG00005-espionnage-comment-on-pille-l-economie-francaise.php

Crédit Photo : Shutterstock

Le secret des affaires : débat en vidéo …

Posté par Arnaud Pelletier le 12 avril 2016

secretLe législateur en France, hésite à légiférer sur le secret des affaires. On peut comprendre pourquoi. Le secret est une notion élastique. Les affaires le sont tout autant. La pensée cartésienne et géométrique qui nous habite peine à dresser des limites. Elle peine donc à légiférer. L’Europe hésite moins puisqu’une directive est à l’étude et s’imposera bientôt dans le droit national. Un talkshow en forme d’opportunité pour explorer le sujet et son aporie sous-jacente : entre nécessité de la transparence et protection du capital informationnel sensible de l’entreprise.

[…]

Par Frédéric BASCUNANA sur cafeine.tv

En savoir plus :

Source http://cafeine.tv/event/7323/intelligence-economique/intelligence-economique/le-secret-des-affaires

Crédit Photo : Shutterstock

Bouleversement des équilibres mondiaux selon Alain Juillet (Vidéo) …

Posté par Arnaud Pelletier le 16 septembre 2015
mondeAlain Juillet, président de l’Académie de l’intelligence économique et président du Club des directeurs de sécurité des entreprises, détaille ce qui est à l’œuvre dans le contexte actuel, à l’heure où la carte géopolitique et économique du monde change à vitesse accélérée :

 

  • Comment les entreprises françaises peuvent-elles s’adapter à la transformation géopolitique constante ?
  • Quels sont les pays sur lesquels porter une attention particulière aujourd’hui ?
  • L’avancée du nucléaire iranien préfigure-t-elle une recomposition des rapports de force au Moyen Orient ?
  • A l’occasion du Sommet des Amériques, nous avons pu observer un autre choix stratégique des États-Unis : la poursuite du rapprochement avec Cuba…

[…]

En savoir plus et autres vidéos :

Propos recueillis par Arnaud Le Gal et Julie Le Bolzer pour lesechos.fr

Source : http://www.lesechos.fr/thema/02186110370-alain-juillet-vers-un-bouleversement-des-equilibres-economiques-mondiaux-1155811.php

 Crédit Photo : Shutterstock

 

 

Attention ! Cliquez, et vous êtes traqués (Vidéo) …

Posté par Arnaud Pelletier le 27 mars 2015

privéeSur Internet, chaque page consultée par un internaute laisse des traces : les produits qui ont attiré son attention, mais aussi son nom, sa date de naissance, son e-mail. Et parfois bien plus. La somme de ces données personnelle a été surnommée «Big Data». Et ce serait même le pétrole XXIe siècle. Car collecter les données de consommateurs est devenue une véritable industrie en soi, un marché estimé à 315 milliards de dollars pour les données des habitants de l’Union européenne. Ces entreprises, largement non contrôlées, obtiennent des informations en fouillant les recherches internet, les réseaux sociaux, les historiques d’achats, les données publiques.

[…]

  • Un excellent reportage à voir ci-après ou sur france5.fr :

En savoir plus :

Par Maëlle Joulin pour france5.fr

Sources : http://www.france5.fr/emission/cliquez-vous-etes-traques/diffusion-du-27-03-2015-00h55

Et aussi : http://www.dailymotion.com/video/x2jyhny

Crédit Photo : Shutterstock

 

Do Not Track : La vie de vos données …

Posté par Arnaud Pelletier le 18 mars 2015

internetLe nouveau projet du réalisateur de RIP : A Remix Manifesto souhaite mettre à profit vos données personnelles afin de mieux comprendre comment nous sommes traqués en ligne.

Produit en partenariat avec Arte, Bayerischer Rundfunk, l’Office national du film du Canada et Upian, Traque interdite est une série documentaire personnalisée consacrée à la vie privée et à l’économie du Web. Fondamentalement, on cherche à répondre à la question : Comment vos données sont-elles collectées et vendues en ligne ?

[…]

Par Laurent LaSalle pour branchez-vous.com

En savoir plus :

Source http://branchez-vous.com/2015/03/11/traque-interdite-parce-que-vos-donnees-racontent-histoire/

Crédit Photo : Shutterstock

 

 

Comment Mediapart voit le “Sectret des Affaires” ?

Posté par Arnaud Pelletier le 2 avril 2014

1Sans attendre son adoption, le gouvernement français paraît prêt à transposer très vite le projet de directive européenne sur le secret des affaires. Ce texte, inspiré par les milieux d’affaires, comporte des définitions si larges et si floues qu’il peut rendre impossible toute enquête ou dénonciation économique.

Le secret des affaires semble décidément tenir à cœur au monde financier et des entreprises. En 2011, le député UMP Bernard Carayon avait, avec le soutien de 130 députés, déposé une proposition de loi sur le sujet (voir Une proposition de loi pour organiser l’omerta sur l’économie).

[…]

Par Martine Orange pour mediapart.fr

En savoir plus :

Source http://www.mediapart.fr/journal/international/020414/secret-des-affaires-un-projet-de-directive-organise-lomerta

 

En 2011, le coût global du cybercrime était estimé à 338 milliards de dollars, dépassant le trafic de drogue. Selon une étude de 2010 citée par l’OTAN et l’agence européenne ENISA, contrôler un réseau de dizaines de milliers d’ordinateurs personnels pour les faire participer à des attaques contre des gouvernements ou pour des activités frauduleuses, rapporte de 10 000 dollars à 10 millions de dollars à leurs instigateurs.

Comme toute forme de délinquance, la cybercriminalité légitime des réponses préventives et répressives. Si la lutte contre la cybercriminalité présente des enjeux d’importance évidente, son cadre juridique et institutionnel reste perfectible.

  • Irréel. Le cybercrime est en droit une notion quasiment irréelle. Aucun texte ne le définit, et celui-ci se résume à quelques incriminations spécifiques à la cybercriminalité telles que la consultation d’images de mineurs à caractère pornographique par exemple. Au niveau de la justice, seuls sont disponibles les chiffres des condamnations.

[…]

  • Insaisissable. Où le cybercrime est-il commis ? Sur les serveurs ? Peut-être : l’article 113-2 du Code pénal fait appliquer la loi française dès lors que l’un des faits constitutifs de l’infraction a lieu sur le territoire français.

[…]

  • Submergeant. Les cybercriminels stockent et échangent des terra-octets de données, qui submergent la capacité opérationnelle de traitement des enquêteurs, alors qu’il n’existe pas de texte de procédure pénale spécifique et clarifié couvrant les aspects de l’enquête en environnement numérique.

[…]

  • Hors d’atteinte. La mise en place d’une entraide répressive internationale avec des équipes communes d’enquêtes entre Etats désireux de respecter loyalement les principes procéduraux a requis plusieurs dizaines d’années.

[…]

  • Clos. La justice française ne dispose pas de services dédiés à la lutte contre la cybercriminalité alors qu’un tel dispositif existe actuellement dans tous les pays européens ou ailleurs comme au Canada par exemple.

[…]

  • Intransmissible. La lutte contre la cybercriminalité ne pourra être efficace que si tous les acteurs concernés sont formés à ces problématiques, ce qui suppose de renforcer la place du droit numérique non seulement à l’université mais aussi au niveau de la formation professionnelle des avocats et des magistrats.

[…]

  • COMPLÉMENTARITÉ ENTRE ACTION PUBLIQUE ET PRIVÉE

[…]

Il n’est plus possible de remettre à plus tard les mesures proportionnées qu’exige la lutte efficace contre le cybercrime, sans manquer à la mission primordiale du gouvernement, qui est d’assurer la protection des citoyens et des entreprises.

Par Irène Bouhadana, Yves Charpenel, Christiane Féral-Schuhl, William Gilles, Jean-Christophe Le Toquin, Marc Mossé et Myriam Quemener pour lemonde.fr

En savoir plus :

source http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/11/28/comment-mieux-proteger-les-citoyens-et-l-economie-contre-le-cybercrime_1797110_3232.html

 

A lire sur refletsactuels.fr :

  • Le contre espionnage économique

Sur ce thème, Jean-Marc Durkowski (DCRI) précise : « On minimise, trop souvent, le domaine réservé de la recherche, des brevets et des applications, dans un tissu international extrêmement concurrentiel. Et c’est ce contexte qui impose une veille technologique stricte. Pas besoin de focaliser sur les technologies sensibles, du style armement, aérospatial et similaire. L’espionnage industriel est devenu plus vaste. La guerre économique englobe quasiment toute l’économie, avec des moyens de plus en plus sophistiqués ».

Les informations sensibles sont, aujourd’hui, autant commerciales que technologiques. Le rôle de la DCRI est d’abord préventif : signaler, informer et prévenir les industriels des risques de pillage encourus. Quand une entreprise ou un laboratoire travaille sur une technologie innovante et qui peut s’avérer rentable, des manifestations d’intérêt se mettent quasi-automatiquement en place autour de ce travail.

[…]

  • La prévention maître-mot de l’innovation

Se sont souvent des anomalies de comportement, autour du projet en cours qui peuvent intriguer. Ces anomalies sont, pour la DCRI, des signaux d’alerte. A charge pour elle de conseiller les entreprises dans la mise en place des dispositifs de défense sécurisant la recherche susceptible d’espionnage. Le plus efficace, dans cette mission économique, est de travailler sur l’humain.

[…]

Par Gérard Delenclos pour refletsactuels.fr

En savoir plus :

source : http://www.refletsactuels.fr/201203127285-la-d-c-r-i-le-renseignement-au-service-de-leconomie/

Un conseil stratégique et économique ?

Posté par Arnaud Pelletier le 28 septembre 2010

A 20 mois des élections présidentielles, Enquête & Débat lance une série d’entretiens intitulés “Si j’étais président”. Que feraient les personnalités interviewées si elles étaient demain aux commandes de la France ? Nous avons posé la question à Christian Harbulot, directeur de l’École de Guerre Économique, spécialiste des enjeux stratégiques en France et dans le monde.

Christian Harbulot, directeur de l’Ecole de Guerre Economique, inaugure une série d’émissions “Si j’étais président” en vue de la présidentielle de 2012. Il explique ce qu’il ferait s’il était président, autant de conseils pour les futurs candidats à la présidentielle et pour le Président de la République déjà aux affaires. Retrouvez les autres émissions sur Enquête et débat (www.enquete-debat.fr)


Si j’étais président Christian Harbulot 22 juillet 2010
envoyé par enquete-debat. – L’info video en direct.

Quelques extraits de la vidéo :

« Le grand problème français, c’est une classe politique totalement clientéliste qui n’a aucune vision stratégique du pays.»

« Qu’est-ce qu’on fait à partir du territoire en France ? Aucune force politique en France n’est capable d’imaginer quelque chose en ce domaine. »

« Il faut qu’on sorte de tous les sentiers battus. Si on reste dans la configuration actuelle, on n’y arrivera pas. C’est une évidence, et on le voit déjà : des zones entières en France sont en pleine désertification, sans aucune chance de rebond économique. »

[…]

En savoir plus :

http://www.enquete-debat.fr/archives/christian-harbulot-la-classe-politique-francaise-est-totalement-clienteliste-elle-na-aucune-vision-strategique-du-pays

Selon une note de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) que s’est procurée latribune.fr, les attaques contre les entreprises sont d’abord financières. La comparaison avec un précédent document montre un accroissement du nombre des agressions.

Près de 3.000 firmes françaises ont été victimes de très nombreuses “actions d’ingérences économiques”, destinées à leur voler leurs secrets de fabrication, à déstabiliser leur direction ou à gêner le lancement de nouveaux produits. Très exactement, 2.963 entreprises ou laboratoires ont été visés depuis janvier 2006 et jusqu’à fin 2008, selon une “note blanche” de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) que latribune.fr s’est procurée. Sollicité, le service de renseignement n’a pas donné suite à nos demandes d’entretien.

Selon cette note, 71% de ces entreprises emploient moins de 500 salariés, des PME qui négligent leur sécurité, ou ne disposent pas des moyens indispensables pour se protéger, à la différence des entreprises de plus grande taille. Cependant, ces dernières ne réussissent pas si bien que cela à empêcher les intrusions. Les firmes de plus de 500 salariés représentent tout de même 29% des entreprises victimes.

Depuis janvier 2006, selon la DCRI, les 2.963 entreprises visées ont été victimes de 4.765 agressions. Ce qui signifie que nombre d’entre elles ont été victimes de plusieurs attaques au cours de la période, omettant d’améliorer leur protection après une première effraction.

Le service de renseignement intérieur a détecté 3.719 “auteurs, commanditaires, bénéficiaires ou complices identifiés” de 90 nationalités différentes. Ils mettent en oeuvre des “modes opératoires légaux dans l’immense majorité” des cas, note la DCRI. Parmi eux, figurent en première ligne les “risques financiers”, qui représentent 33,51% des attaques. Ils sont de nature très diverses, depuis le paiement trop tardif jusqu’à la prise de contrôle.

Les attaques par “visiteurs autorisés et intrusions consenties” représentent 16,95% des attaques, suivis par les atteintes aux savoir-faire (11,8%), les risques informatiques (10,72%), les atteintes physiques sur sites (10,53%), les désorganisations et fragilisations orchestrées (6,54%), les atteintes à la réputation (5,26%) et l’exploitation des vulnérabilités humaines (4,57%).

Dans les dernières années, le nombre d’entreprises visées s’est accru, ainsi que le nombre de nationalités dont sont originaires les agresseurs. C’est ce que montre la comparaison de cette note avec une précédente portant sur le même sujet pour l’année 2006, que latribune.fr avait publiée le 15 décembre 2006. Ce document, rédigée par feue la Direction centrale des renseignements généraux, dont la DCRI est l’héritière, recensait 888 entreprises victimes pour la seule année 2006. Les agresseurs étant originaires de 34 nationalités. Un calcul simple montre que le nombre d’attaques s’est accru ainsi que le nombre d’entreprises visées. La comparaison entre ces deux études souligne donc un durcissement de la compétition économique et de la mondialisation.

Note des RG sur 2006 Note de la DCRI sur la période 2006-2009 2007-2008 Moyenne annuelle sur 2007-2008 calculée par latribune.fr
nombre d’agressions 1.578 4.765 3.187 1.593
nombre d’entreprises visées 888 2.963 2.075 1.037
nombre de secteurs visés 93 152
nombre d’auteurs identifiés 368 3.719
nombre de nationalités 34 90
taux d’attaques financières 35% 33,51%

Pascal Junghans

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20090625trib000392170/exclusif-3.000-entreprises-francaises-victimes-d-espionnage-economique-en-trois-ans.html

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook



Twitter

Abonnez vous