Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …

Articles taggués ‘gestion de crise’

Sortie aujourd’hui d’intelligence économique : mode d’emploi …

Posté par Arnaud Pelletier le 18 janvier 2013

L’intelligence économique ne se limite pas à la veille !

Pour obtenir un avantage compétitif décisif, il est indispensable de savoir délivrer l’information stratégique et utile au bon moment, à la bonne personne et dans le bon contexte. Pourtant, rares sont les entreprises qui pratiquent avec succès l’intelligence économique.

Comment définir réellement l’intelligence économique ? Quel rôle joue-t-elle dans et pour l’entreprise ? Existe-t-il un mode d’emploi efficace pour maîtriser l’information stratégique de son entreprise ?

C’est tout l’enjeu et l’originalité de cet ouvrage. De la veille au lobbying, du renseignement à la stratégie, de la gestion des risques au benchmarking, de la gestion de crise au knowledge management, il apprend à maîtriser, à travers quatorze outils fondamentaux, toutes les applications simples et concrètes pour entamer une démarche d’intelligence économique au sein de son organisation. Une action indispensable dans une économie ouverte où l’information et la connaissance sont devenues des enjeux stratégiques.

L’intelligence économique n’est pas réservée aux institutions et aux grands groupes internationaux. Toute entreprise, quelle que soit sa taille, doit se saisir de ce concept de management du XXIe siècle pour faire face à la mondialisation, gérer les aspects défensifs, quotidiens et offensifs, afin non seulement de ne pas perdre face à la concurrence, mais aussi de gagner des parts de marchés.

Cet ouvrage, très accessible et pratique, est enrichi d’une grille d’audit opérationnelle, de nombreux schémas explicatifs et de liens vers des sites internet pour aller plus loin. Il est destiné tant aux grandes entreprises qu’aux TPE/PME et professions libérales, ainsi qu’aux étudiants en management.

En trois mots…

  • Enfin un ouvrage complet sur l’IE recensant de nombreuses techniques et outils gratuits existants.
  • Un manuel extrêmement pratique et concret, participant à votre autoformation sur le sujet.
  • Inspiré des retours d’expériences des auteurs, eux-mêmes consultants en intelligence économique.

« L’ouvrage d’Arnaud Pelletier et de Patrick Cuenot est une entrée concrète dans une démarche accessible à toutes les organisations, quels que soient leur taille ou leur métier. (…) Ce livre est destiné à éviter les crises et des problèmes, car l’évitement est un mode de management tout à fait adapté à la situation mouvante dans laquelle nous sommes. Mais l’intelligence économique telle que la conçoivent Arnaud Pelletier et Patrick Cuenot à partir de leur expérience,

c’est aussi la capacité de gérer les crises et de rebondir. Je recommande la lecture de cet ouvrage à nos chefs d’entreprise qui seraient intéressés ou angoissés par l’actualité que nous traversons aujourd’hui. »

  • Bernard Besson, créateur de Bernard Besson Consulting (extrait de la préface)

« Enfin un ouvrage simple, efficace et concret qui permet d’appréhender l’intelligence économique autrement pour les entreprises. (…) En lisant le livre d’Arnaud Pelletier et de Patrick Cuenot, j’ai pu voir les choses sous un angle différent, plus terre à terre, tourné vers la mise en application et l’efficacité. »

  • Xavier Lesueur, directeur général du groupe Vanksen (extrait du témoignage d’un professionnel expert)
  • En complément du livre :

Des vidéos correspondant à chaque chapitre de l’ouvrage sont également accessibles sur ce lien : http://www.dailymotion.com/Strateg-IE

  • A propos de ses auteurs

Arnaud Pelletier est titulaire dʼun mastère IE & Stratégie et conférencier en sécurité économique, chef dʼentreprises, consultant en Intelligence Économique, spécialiste des PME et expert en renseignements stratégiques pour les sociétés et les particuliers. Il dirige Stratég-IE (conseils en mise en place de structure dʼIE dans les PME / TPE, élaboration de stratégies) et lʼAgence Leprivé (renseignements, informations sensibles dʼentreprises et investigations).

Après une formation en Intelligence Économique à lʼEISTI (École Internationale des Sciences du Traitement de lʼInformation), Patrick Cuenot contribue à développer une méthodologie de collecte et dʼanalyse quantitative et qualitative des opinions des internautes au sein de la société e-Walking. Il se spécialise alors dans lʼaudit de réputation des entreprises sur Internet. Aujourdʼhui, il apporte son expertise de consultant/formateur auprès des entreprises et des établissements dʼenseignement supérieur.

  • Préface de Bernard Besson

Bernard Besson est le créateur de Bernard Besson Consulting. Il a longtemps été directeur des courses et jeux au ministère de l’Intérieur. Membre de la Commission nationale consultative réunie à l’initiative du haut responsable pour l’intelligence économique, il a piloté le groupe de travail rédacteur du Référentiel de formation à l’intelligence économique qui inspire les enseignements en la matière. Bernard Besson est aussi écrivain et formateur, membre du collège de l’Académie d’intelligence économique. Il pratique des audits d’intelligence économique en entreprise.

Source PEARSON

Quand l’intelligence économique sert des intérêts privés …

Posté par Arnaud Pelletier le 27 mai 2011

Face à la décision du procureur de Manhattan de renforcer l’équipe d’accusation, DSK étoffe son dispositif de défense avec GuidePost Solutions, TDI International et le cabinet de lobbying Ein Communications.

La guerre de communication fait rage entre l’équipe de défense de DSK et les «tabloïds» new-yorkais. «DSK se replie dans un refuge de luxe !», titrait jeudi le «New York Post», au lendemain du transfert de l’ancien patron du FMI dans une «townhouse» du quartier branché de Tribeca, au loyer estimé à 50.000 dollars par mois. Face à la décision du bureau du procureur de Manhattan de renforcer l’équipe d’accusation avec la nomination de deux nouveaux procureurs chevronnés, Joan Illuzzi-Orbon et Ann P.Prunty, l’entourage de DSK renforce son arsenal de conseils en vue de l’audience du 6 juin.

Outre le recrutement de la société d’investigation privée GuidePost Solutions, co-fondée par un ancien de Kroll, en vue d’enquêter sur le passé de la victime présumée, les avocats ont fait appel au cabinet de communication de crise Ein Communications et pris contact avec le cabinet de lobbying TD International, fondé en 1999 par Michael Green, un ancien employé de la CIA en France.

Une consultante pour gérer la communication

[…]

Pour la première fois depuis le début de l’affaire, l’équipe de défense a officiellement engagé la consultante Marina Ein pour gérer sa communication. Ancienne collaboratrice du représentant démocrate Gary Condit, Marina Ein a dû gérer les conséquences du «scandale Levy» en 2001, après la mystérieuse disparition de Chandra Levy, une assistante parlementaire de l’élu démocrate. Après avoir reconnu une liaison avec la jeune femme de 23 ans, Gary Condit a été soupçonné par la presse d’avoir commandité sa disparition avant qu’un immigré clandestin, Ingmar Guandique, soit finalement reconnu coupable de son assassinat et condamné par la justice en novembre 2010.

« Faire cesser immédiatement les fuites »

Parallèlement, selon Reuters, l’équipe de défense de DSK a pris contact, de manière informelle, avec la société TD International de Michael Green (ex-président du cabinet d’intelligence économique Parvus International), qui avait déjà participé à la «campagne» de DSK pour le FMI en juillet 2007. Ancien employé de la CIA de 1986 à 1996, Michael Green, qui a compté parmi ses clients l’ancien leader de la Révolution orange, l’Ukrainienne Yulia Tymoshenko, aurait été expulsé de France sur décision du ministre de l’Intérieur Charles Pasqua en janvier 1995, en même temps que quatre autres employés des services secrets américains.

[…]

Par PIERRE DE GASQUET pour lesechos.fr

En savoir plus :

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0201400541187-dsk-renforce-son-arsenal-de-defense-aux-etats-unis-169063.php

Gestion de crises et entreprises …

Posté par Arnaud Pelletier le 11 mai 2011

L es situations de crise sont devenues consubstantielles de la vie des entreprises. Ces derniers mois, les cas d’école se sont succédé à un rythme qui a de quoi donner le tournis.

Qu’on en juge : Toyota, champion mondial de la qualité, a connu de graves défauts de fiabilité sur certains de ses modèles, obligeant le constructeur japonais à rappeler plusieurs millions de voitures. Le logo en forme de petite fleur verte du pétrolier britannique BP est devenu en quelques jours le symbole de la plus importante marée noire de l’histoire après l’explosion d’une de ses plates-formes dans le golfe du Mexique.

Un trader isolé de la Société générale, Jérôme Kerviel, a pu faire vaciller l’une des grandes banques françaises et entraîné la démission de son PDG. L’électricien japonais Tepco, quatrième producteur mondial d’électricité nucléaire, est tombé de son piédestal après sa gestion calamiteuse de la catastrophe de Fukushima.

Il y a quelques jours, le géant japonais de l’électronique Sony a été victime de cyber-attaques sur son PlayStation Network (PSN), son réseau mondial de jeux en ligne qui compte 77 millions de membres. Conséquences : données personnelles et bancaires des clients envolées et réputation durablement ternie. Plus près de nous, une sombre histoire d’escroquerie maquillée en affaire d’espionnage a jeté une ombre sur le management de Renault.

[…]

Trois facteurs supplémentaires sont venus jouer le rôle d’accélérateur. La professionnalisation des mouvements associatifs, d’abord, qui grâce à un arsenal de spécialistes et de juristes sont devenus des dénonciateurs en puissance d’abus de la part des entreprises.

La prise de distance des salariés avec leur entreprise constitue également une clef de compréhension. Le délitement de cette relation a donné naissance au phénomène du whistleblowing, la dénonciation anonyme de situation potentiellement délictuelle de la part de l’entreprise. L’affaire Enron au début des années 2000 en a été l’exemple le plus éclatant. Enfin, les médias ont leur part de responsabilité : leur multiplication, leur mise en concurrence de plus en plus frontale auxquelles s’est ajoutée la réactivité d’Internet ont renforcé le phénomène de caisse de résonance.

Face à ce changement d’environnement, toutes les entreprises sont-elles égales face au risque ? Certains répondent par la négative : la crise est le fruit d’une succession de dysfonctionnements, qui peuvent être couronnés d’ignorance.

Cette théorie dite « managériale » fait la part belle à une rationalité que d’autres théoriciens comme Nassim Nicholas Taleb, dans Le Cygne noir (Les Belles-lettres, 2008), relativisent. L’accident n’est pas toujours le fruit de l’incompétence, mais peut être provoqué par un grain de sable qui, par un enchaînement non maîtrisé des événements, aboutit à des effets disproportionnés par rapport à la cause de départ. En clair, les grands événements nous prendront toujours par surprise.

Vision assez déterministe, qui ne permet pas d’expliquer pourquoi des entreprises aussi renommées que Toyota, Sony, BP ou Renault se trouvent plongées dans de telles difficultés.

Ce qui frappe à travers ces exemples, c’est que, à des degrés divers, à un moment ou à un autre, ces entreprises ont été victimes d’une déconnexion avec la réalité qui les entoure.

[…]

Par Stéphane Lauer pour lemonde.fr

En savoir plus :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/07/les-entreprises-les-crises-et-le-principe-de-realite_1518443_3232.html

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook


Twitter

Abonnez vous