Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …

Articles taggués ‘logiciel espion’

SMS et logiciels espions …

Interviewé par  Laure Belot pour Le Monde, Arnaud PELLETIER nous donne sont point de vue sur l’utilisation des nouvelles technologies dans les problèmes familiaux. Il met aussi en garde contre l’utilisation illégale grandissante des logiciels espions afin d’entraver la vie privée d’un tiers.

Extraits :

«Plus de 80% des personnes qui m’appellent le font à la suite des informations qu’ils ont eues par le biais des nouvelles technologies », assure Arnaud Pelletier, détective privé.

[…]

«L’illégalité tend à se développer depuis deux ans, commente le détective privé Arnaud Pelletier. Je mets en garde mes clients,mais de plus en plus d’époux viennent me voir après avoir piraté la boîte e-mail de leur femme. Avant, cela n’était accessible qu’aux hackeurs, maintenant, avec du matériel coûtant 150 euros, on peut faire de l’espionnage de haut niveau sans être particulièrement calé. » Conjoints suspicieux Le détective note également que certains particuliers lui demandent désormais «de détecter des logiciels espions sur leur téléphone ». Comme cela coûte «plusieurs milliers d’euros », il leur conseille«plutôt de changer de portable et de puce».

[…]

SMS, courriels : l’adultère high- tech, nouvel ennemi des couples ?

Article publié le 30 Décembre 2010
Par Laure Belot et Martine Laronche

Source : LE MONDE
Taille de l’article : 1012 mots

Les logiciels espions sèment la zizanie

Article publié le 30 Décembre 2010
Par L. Be. et M. La

Source : LE MONDE
Taille de l’article : 485 mots

Consulter les 2 articles en pdf ici :

le monde 30 décembre 2010

En savoir plus :

https://www.arnaudpelletier.com/wp-content/uploads/2011/01/le-monde-30-d%C3%A9cembre-2010.pdf

Votre cellulaire est-il votre pire ennemi ?

Posté par Arnaud Pelletier le 8 décembre 2010

Votre cellulaire, vous l’avez tout le temps avec vous. Au travail, en voyage d’affaires, parfois même dans votre chambre à coucher. Vous pensez que c’est votre meilleur ami, puisqu’il vous rend d’inestimables services. Mais détrompez-vous, il peut aisément se transformer en votre pire ennemi…

Tout a commencé par un coup de tonnerre, le 22 juillet 2009. Ce jour-là, la direction de Research in Motion (RIM), le fabricant canadien du BlackBerry, diffusait sur les fils de presse un communiqué révélant que des utilisateurs de son cellulaire intelligent aux Émirats arabes unis pouvaient être victimes d’un logiciel espion. De quoi s’agissait-il? Un mystérieux courriel avait été envoyé à ces personnes, les invitant à mettre à jour leur appareil en téléchargeant un logiciel, en fait un logiciel espion capable de surveiller toutes les informations privées et confidentielles transitant par le cellulaire.

RIM a tenu à alerter le plus rapidement possible ses abonnés pour minimiser les dégâts. «Nous ne sommes pas impliqués, d’aucune manière, dans les essais, la promotion ou la distribution de cette application informatique», était-il indiqué dans le communiqué, qui ajoutait que «des sources indépendantes avaient conclu qu’il s’agissait d’un programme de surveillance développé par une société privée, SS8 Networks, établie dans la Silicon Valley, en Californie».

Qui était derrière cette opération d’espionnage? Officiellement, personne ne le sait. Cela étant, l’opérateur de téléphonie Etilasat, établi à Abou Dabi et contrôlé par le gouvernement des Emirats arabes unis, avait envoyé un message à ses quelque 145 000 clients recommandant vivement de télécharger le logiciel en question. Il décrivait le changement de logiciel comme une «mise à jour (…) nécessaire pour l’amélioration du service».

[…]

Des voyages d’affaires à haut risque

La mésaventure émirienne de RIM n’est que la pointe émergée de l’iceberg. Elle traduit la facilité avec laquelle on peut pirater un cellulaire, même ceux qui se targuent d’une sécurité maximale comme le BlackBerry.

«Les techniques sont nombreuses et évoluent sans cesse pour mettre la main sur les précieuses données que détiennent les cellulaires. La plus courante est l’invitation à télécharger un document intéressant, mais en réalité un logiciel espion. D’autres sont plus évoluées, comme l’attaque de l’artichaut, qui permet, information par information, d’accéder au cœur de vos données», explique Mathieu Grignon, directeur, services de sécurité, d’ESI Technologies.

Les cellulaires des gens d’affaires attirent tant les convoitises – des concurrents comme des pays étrangers – que certains recourent à d’autres méthodes que le piratage à distance. Un exemple éclairant : vous avez la chance de décrocher un rendez-vous important dans une grande entreprise étrangère susceptible de devenir un partenaire dans un nouveau projet ; vous vous rendez à son siège social, et là, le service de sécurité demande à regarder très vite votre cellulaire, voire exige que vous le laissiez à l’accueil, le temps de votre visite. Lourde erreur, si vous acceptez l’un ou l’autre, car il suffit de quelques minutes pour copier toutes vos données, et même pour y implanter un logiciel espion quasi-indétectable!

Ce piège est devenu si fréquent qu’en France, deux agences liées aux services secrets français ont conjointement lancé une campagne de prévention auprès des gens d’affaires partant en mission à l’étranger. Celles-ci ont diffusé des fiches pratiques montrant à quel point il est aisé de se faire avoir et indiquant les mesures à prendre pour ne pas se faire espionner trop facilement. Et sans surprise, ces fiches pratiques mettent l’accent sur la vulnérabilité des cellulaires…

Les conseils de sécurité se résument à trois points : videz autant que possible les données enregistrées dans votre cellulaire avant de partir ; si jamais vous devez vous séparer de votre appareil un instant, retirez vous-même la carte SIM ainsi que la batterie et gardez les sur vous ; enfin, utilisez un logiciel de chiffrement pendant le voyage. Dans le cas où vous «perdriez» votre cellulaire, informez immédiatement votre entreprise et demandez conseil à votre consulat avant même d’entreprendre une démarche auprès des autorités locales. Et au retour, faites analyser votre appareil par le service de sécurité de votre entreprise.

[…]

Par Olivier Schmouker pour lesaffaires.com

En savoir plus :

http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/technologies-et-telecommunications/votre-cellulaire-est-il-votre-pire-ennemi-/521165

Vie privée et logiciels espions …

Posté par Arnaud Pelletier le 27 juillet 2010

Par Alain Bensoussan

Nous pouvons tous être des « James Bond » du web, grâce aux outils qui sont de plus en plus à la portée financière et technique de tout un chacun. Ce n’est plus une fiction, les logiciels d’espionnage permettent de tout savoir sur le contenu du PC ou du téléphone portable de son collègue, de son voisin ou de son conjoint, au mépris du respect de la vie privée.

Il existe de nombreuses restrictions légales sur les outils d’espionnage

Si ces logiciels ne sont pas interdits à la vente, leur utilisation est en revanche sévèrement réprimée par la loi car de nombreuses restrictions légales existent en la matière. Rappelons en effet que seules sont autorisées les écoutes judiciaires, ordonnées par un juge dans une affaire de droit commun, et les écoutes de sécurité liées au terrorisme, à la sécurité nationale et au crime organisé. Les écoutes dites « sauvages », c’est-à-dire pratiquées dans un cadre privé (particuliers, entreprises), sont totalement illégales et peuvent faire l’objet de poursuites judiciaires.

De même, en milieu professionnel, l’enregistrement des conversations téléphoniques ne peut être réalisé qu’en cas de nécessité reconnue et doit être proportionné aux objectifs poursuivis (formation de téléopérateurs, preuve de transactions boursières, etc.). En outre, l’employeur doit en informer les salariés en toute transparence.

[…]

En savoir plus :

http://blog.lefigaro.fr/bensoussan/2010/07/vie-privee-et-logiciels-espions.html

Par Christophe Auffray, ZDNet France.

Sécurité – L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information réagit à la diffusion d’articles et de reportages relatifs à des outils de surveillance et d’espionnage, notamment pour mobile. Code pénal à l’appui, l’Anssi rappelle la loi encadrant l’utilisation et la diffusion de ces dispositifs.

Les outils et logiciels de surveillance et d’espionnage font depuis peu parler d’eux. Autrefois destinés exclusivement à certaines professions et notamment aux forces de police, ils s’orientent désormais vers le grand public.

C’est justement cet usage que dénonce l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), créée par un décret du Premier ministre le 8 juillet 2009. Dans un communiqué de presse daté du 7 juin, l’Anssi rappelle les règles encadrant la commercialisation et l’utilisation de ces dispositifs d’écoute.

Des logiciels faciles à acquérir sur Internet

Des éditeurs proposent notamment des logiciels à installer sur téléphone mobile et permettant d’établir un historique des appels ou d’obtenir une copie de l’ensemble des SMS envoyés ou reçus sur un terminal donné.

Avec des prix de vente oscillant entre 50 et 100 euros, ces logiciels sont désormais à la portée du grand public. L’Anssi juge donc nécessaire de rappeler que « l’intimité de la vie privée et le secret des communications électroniques sont protégés par la loi. Leur violation, la vente au public et l’utilisation de dispositifs d’écoute sont illégales et passibles de poursuites judiciaires. »

Utilisation, détention, fabrication, commercialisation et publicité sont punies par la loi

Ces actes, régis par le code pénal (notamment les articles 226-11 et 226-152), sont ainsi punis  […]

La peine est identique, à savoir un an d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende.

En savoir plus :

http://www.zdnet.fr/actualites/logiciels-d-espionnage-des-communications-l-anssi-rappelle-les-regles-39752241.htm

Logiciel espion pour téléphone portable à moins de 2 euros …

Posté par Arnaud Pelletier le 5 mai 2010

Télécharger un logiciel qui permet d´espionner SMS, photos et appels pour seulement deux SMS. Enquête ! Depuis quelques jours, une publicité diffusée sur certains supports [exemple] annonce une petite application pour téléphone portable permettant d’espionner un téléphone mobile. « PIRATE SMS – APPLI DISCRÈTE OFFERTE* Intercepte sur ton mobile les SMS PRIVÉS de tes POTES ! ( + photos, appels, MMS,… ) Envoie par sms ESPION au 88484 * » indique l’encart publicitaire. Derrière cette annonce, la société Mediaplazza (filiale de Jet Multimédia Group) et plus précisément l’une de ses boutiques, le Club ZED. Le service Club Zed est un service pour téléphone mobile exigeant un abonnement. Le coût de ce « service » est de 2 SMS non surtaxés pour s’inscrire puis 2 SMS reçus par semaine facturés 1,5€ (chaque SMS). Des SMS permettant de télécharger 5 produits + 1 jeu. Bref, via sa publicité, ce club proposerait un logiciel d’espionnage pour […]

Logiciel d’espionnage ? Club ZED ne s’amuserait pas à mettre à disposition un outil clairement affiché comme logiciel de piratage. L’espionnage étant illicite et réprimés par la loi, Club ZED ne jouerait pas avec le feu. Pour rappel, le code pénal prévoit jusqu’à 45.000 euros d’amende et un an de prison pour ce type de violation de la vie privée, comme pour celle orchestrée par un keylogger, un cheval de Troie, … La législation française indique clairement qu’il est interdit de « capter, enregistrer ou transmettre, sans le consentement de leurs auteurs, des paroles prononcées à titre privé ou confidentiel« . Un détail que la loi n’a pas prise en compte, si l’utilisation de ce type d’outil est interdite et punie, il n’en va pas de même pour la vente ou pour l’utilisation d’un logiciel espion à l’encontre de son enfant mineur.

« C’est une application concept, souligne à ZATAZ.COM [ecouter ci-dessous, NDR], la société Mediaplazza, C’est une simulation ludique. Comme la lampe torche pour téléphone mobile qui n’est pas une lampe (…) ou le logiciel qui déshabille pour du faux ! C’ est sympa, c’est pour rire« .

Publicité mensongère ?
La loi étant ce qu’elle est, nous nous retrouvons avec une publicité qui annonce clairement proposer un outil d’espionnage. Un logiciel de 007 qui n’est en fait qu’une bonne blague ayant avant tout pour
mission de faire connaitre les services du Club ZED. La publicité trompeuse est une infraction punie (art. L.213-1) […]

Damien BANCAL

En savoir plus :

http://www.zataz.com/news/20185/logiciel–espionnage–telephone-portable–sms–mobile.html

Les 007 du 06 …

Posté par Arnaud Pelletier le 25 mars 2010

par Christophe Alix

L’espionnite via le mobile, c’est très mal mais qu’est-ce que c’est tentant… Dans un récent sondage TNS Sofres pour le compte de l’Association française des opérateurs mobiles (Afom), 80% des personnes interrogées s’offusquaient que l’on puisse espionner les SMS, les messages ou le journal d’appels de ses proches. Ce qui n’empêchait pas plus d’un Français sur quatre (27%) de reconnaître qu’ils avaient déjà cédé à cette peu glorieuse tentation. Le gros souci, c’est que ces apprentis espions risquent d’être de plus en plus tentés. Plus besoin d’attendre que son conjoint soit sous la douche pour fouiller en catimini son mobile. Voici venu le temps de petits logiciels en vente sur la Toile pour quelques centaines d’euros, et parfois moins, qui permettent de surveiller à distance un mobile en écoutant les conversations, interceptant les SMS et les courriels. Avec quelques références en la matière, repérées par le Parisien (du 8 mars) : MM-Pro (300 euros) du suisse Promibs et le pack Spyphone vendu sur Espion-on-Line, un site français basé en Irlande. Installer ces mouchards n’est pas encore totalement un jeu d’enfant, mais il est clair que ces outils hier très onéreux et réservés aux e-007 de l’écoute mobile sont sur la voie d’une démocratisation. Tour d’horizon de ces espions du 06.

Comment ça s’installe ?

Pour pouvoir espionner un mobile, il est indispensable de l’avoir eu en main le temps de lui fourguer le mouchard. Si les services secrets et les polices du monde entier savent comment pirater un mobile à distance, en général avec la collaboration active de l’opérateur, il n’est pas possible pour un particulier d’y parvenir autrement qu’en installant dans la machine un logiciel dont on prendra ensuite soin d’effacer toute trace dans les menus. Cela peut, par exemple, parfaitement se concevoir lorsque c’est l’entreprise qui fournit le téléphone à ses collaborateurs. Conçus pour les smartphones (téléphones intelligents) comme l’iPhone, les Blackberry et plus généralement tous les mobiles disposant d’un minidisque dur (un bon tiers des ventes en France en 2010), ces logiciels nécessitent parfois quelques manipulations un tantinet techniques pour pouvoir fonctionner. Dans le cas des iPhone, il faut d’abord « jailbreaker » (déverrouiller) le mobile afin qu’il puisse accepter le programme. Opération délicate mais que certaines boutiques exécutent facilement moyennant finance. Dans le cas d’autres « environnements » plus ouverts, comme pour les téléphones fonctionnant sous les systèmes Symbian (Nokia) ou Windows Mobile, les protections sont moindres et l’opération moins complexe.

Que peut-on espionner ?

[…]

À qui s’adressent ces logiciels et où les trouve-t-on ?

[…]

Sont-ils légaux ?

[…]

Cette espionnite se limite-t-elle aux mobiles ?

[…]

Paru dans Libération du 16 mars 2010

En savoir plus :

http://www.ecrans.fr/Les-007-du-06,9438.html

Espionnage des téléphones portables, le vrai du faux …

Posté par Arnaud Pelletier le 9 mars 2010


Une fois installé sur le téléphone, le logiciel dissimule sa présence, mais enregistre ce qui se passe sur la machine, et en envoie des copies à la personne qui a installé le programme.

Une fois installé sur le téléphone, le logiciel dissimule sa présence, mais enregistre ce qui se passe sur la machine, et en envoie des copies à la personne qui a installé le programme.

Le Parisien a testé un logiciel d’espionnage de téléphones portables, disponible à la vente sur Internet. Pour quelques centaines d’euros, ces logiciels permettent d’écouter des conversations ou de consulter des SMS à l’insu du propriétaire du téléphone. Faut-il pour autant tomber dans la paranoïa ?

Peut-on espionner mon téléphone portable ?

Oui. Des logiciels le permettant existent depuis plusieurs années. Il s’agit de logiciels-espions, similaires aux virus de type cheval de Troie (« trojan ») dont le fonctionnement est bien connu sur PC. Une fois installé sur le téléphone, le logiciel dissimule sa présence, mais enregistre ce qui se passe sur la machine, et en envoie des copies à la personne qui a installé le programme. On peut ainsi obtenir une copie de tous les SMS envoyés par l’appareil, du journal des appels, ou même, pour les programmes les plus sophistiqués, écouter les conversations ou transformer le téléphone en micro pour enregistrer les conversations dans une pièce.

Est-ce légal ?

Pas du tout. Espionner le téléphone portable d’un tiers est une atteinte à la vie privée. Le code pénal prévoit que l’enregistrement des paroles sans le consentement, tout comme la violation du secret de la correspondance, sont punis d’une peine d’un an de prison et d’une amende de 45 000 euros.

Tous les types de téléphones sont-ils piratables ?

Presque. Tous les logiciels-espions ne fonctionnent pas sur tous les modèles, mais […]

Espionnage : les téléphones portables mis sur écoute

Posté par Arnaud Pelletier le 10 septembre 2009

Meme si ce n’était pas le but initial, l’application google latitude , installée sur des téléphones cellulaire peut servir à localiser des individus en temps réel. Des logiciels espions existent sur Internet.

Mais cela est contraire à la loi.

La loi punit sévérement ce type d’espionnage. Le transgresseur est passible d’une amende ne dépassant pas Rs 1 million et les équipements utilisés seront saisis. « L’application google latitude permet de voir ses amis en temps réel » , lance Zakir Heerah, directeur de la firme Maurisystem ltd . Cette entreprise commercialise des téléphones portables de la marque HTC. Un des modéles les plus récents, le HTC Magic , comporte cette fonction. Celleci néanmoins pourrait être installée sur d’autres smartphones . « Il y a deux méthodes, à travers le réseau cellulaire ou GPS » , explique- t- il. « Voilà un mode d’emploi pour mettre un téléphone sur écoute en moins de trente minutes » , débute un manuel trouvable sur Internet. Le plus inquiétant est que l’auteur dit avoir 13 ans. Un systéme, relativement simple, permet d’enregistrer les conversations téléphoniques sur un ordinateur.

Cet adolescent n’est toutefois pas le seul à s’adonner à ce type de passe- temps.

Il existe de nombreux logiciels payants qui permettent de suivre les conversations ou les messages envoyés par un téléphone portable.

Ces logiciels sont faciles à installer. Mais ils nécessitent d’avoir en main le téléphone qu’on souhaite espionner. Ils se vendent à des prix variant entre Rs 2 000 et Rs 100 000. Il suffit alors de télécharger le logiciel sur le téléphone à partir d’un ordinateur. Les concepteurs assurent qu’ils ne laissent aucune trace, donc l’utilisateur ne peut savoir qu’un logiciel espion a été installé sur son portable.

Une fois le logiciel installé, les conversations et les messages seront tous interceptés. Dans certains cas, celui qui a installé le programme est alerté par message d’une conversation sur l’autre téléphone. Il n’a alors qu’à appeler un numéro pour écouter la conversation. D’autres logiciels téléchargent les conversations audio et par messages sur un serveur auquel l’ « espion » peut avoir accés par le biais d’un mot de passe, comme pour accéder à un site Internet. Cela peut se faire de n’importe quel poste.

Le moyen le plus sûr pour éviter d’être mis sur écoute c’est d’éviter de passer par les opérateurs de téléphonie. La solution est le téléphone satellite. Le plus populaire au monde serait l’ Iridium . Il se sert d’un réseau de 66 satellites afin que ses utilisateurs aient accés à une connexion n’importe où dans le monde. Le coût d’un tel appareil est trés élevé tout comme le prix de la communication qui peut atteindre les Rs 500 par minute si on appelle d’un téléphone portable. Sur ebay, de nombreux téléphones Iridium sont à vendre entre Rs 2 500 et Rs 70 000.

Posted by Sarah Lagesse on Sep 9th, 2009 and filed under Tech. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0.

http://www.kotzot.com/news/espionnage-les-telephones-portables-mis-sur-ecoute.html

Un logiciel espion installé sur les téléphones BlackBerry

Posté par Arnaud Pelletier le 24 juillet 2009

Les utilisateurs de téléphones BlackBerry dans les centres d’affaires de Dubaï et d’Abou Dabi, aux Emirats arabes unis, croyant faire une mise à jour de leur appareil, ont en réalité téléchargé un logiciel espion permettant d’accéder à leurs données privées, a-t-on appris mercredi auprès du fabricant.

La société canadienne Research in Motion (RIM), qui fabrique ces téléphones, a expliqué dans un communiqué ne pas avoir autorisé l’installation du logiciel et n’être « pas impliquée, d’aucune manière, dans les essais, la promotion ou la distribution de cette application informatique ».

« Des sources indépendantes ont conclu qu’il est possible que le logiciel installé puisse (…) permettre l’accès -interdit- aux informations privées ou confidentielles stockées sur le téléphone du consommateur », reconnaît la société.

L’opérateur de téléphonie Etilasat, basé à Abou Dabi et contrôlé par le gouvernement des Emirats arabes unis, avait auparavant envoyé un message à ses clients leur demandant d’effectuer une mise à jour.

Ceux qui l’ont fait ont expliqué que le nouveau logiciel a rapidement vidé les batteries de l’appareil, conduisant Etilasat à recevoir des centaines de plaintes. Dans un communiqué diffusé en fin de semaine dernière, l’opérateur décrivait le changement de logiciel comme une « mise à jour (…) nécessaire pour l’amélioration du service ».

Le fabricant du BlackBerry a écarté cette explication, précisant qu’il « n’approuve pas cette application informatique ». Etilasat n’a pas fait de commentaire sur le sujet mercredi.

Selon RIM, le logiciel espion est un programme de surveillance développé par une société privée, SS8 Networks, basée dans la Silicon Valley en Californie, qu’il n’a pas été possible de joindre.

On ne savait pas mercredi pourquoi Etilasat a encouragé le téléchargement de cette application, ni si des données privées ont été espionnées. L’opérateur affirme avoir plus de 145.000 clients utilisateurs de BlackBerry dans les Emirats arabes unis.

http://fr.news.yahoo.com/3/20090722/twl-eau-telephone-logiciel-espion-1be00ca.html

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook


Twitter

Abonnez vous