Blog de l'information stratégique
De l’enquête à l’Intelligence économique
Investigation, Qualiting, Benchmark, Renseignement, Veille, TIC …
Téléphone Arnaud Pelletier +33 (0)1.34.16.10.50
contact@arnaudpelletier.com

Articles taggués ‘liberté’

Une réalité aussi fascinante que fantasmée, le darknet (radio) …

Posté par Arnaud Pelletier le 29 novembre 2017

Un soi-disant réseau parallèle, à l’écart du web que nous pratiquons. Un abysse, qui abriterait tout ce que la société ne peut tolérer. Des profondeurs de fait difficiles à saisir, tout habitués que nous sommes à l’internet connu de tous, intelligible et structuré, celui de Google et consort.

Drogues, pédopornographie, armes : l’imaginaire collectif rêve et cauchemarde le darknet comme un abîme dangereux, minoritaire et menaçant, un coupe-gorge 2.0 où fricotent dealers, pervers et terroristes. Pourtant, le darknet n’est pas seulement dark. Pas vraiment dark. Assez peu dark même. Non seulement il est un médium privilégié pour la défense des droits de l’homme, qui protège notamment dissidents et journalistes, mais il favorise la création, la culture, la sociabilité et le partage.

[…]

  • Écoutez l’émission ici :

Par Fabrice Drouelle et la rédaction de franceinter.fr

En savoir plus :

Source https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-28-novembre-2017

Crédit Photo : Shutterstock

Nous sommes vulnérables sur internet …

Posté par Arnaud Pelletier le 17 mai 2016

watching youSous le vernis séduisant des nouvelles technologies se cachent de graves menaces pour nos libertés individuelles. L’ouvrage de Blaise Mao, rédacteur du trimestriel “Usbek & Rika”, et du journaliste Thomas Saintourens met en perspective ces périls et nous incite à reprendre la main sur nos vies connectées.

[…]

De nombreuses thématiques, de la protection de l’intimité sur les réseaux à la problématique de la surveillance généralisée mise en place par la NSA sont abordées. Le livre revient sur la chronologie du programme clandestin de surveillance PRISM, dénoncé par Edward Snowden en 2013, qui liait l’agence américaine à de nombreux géants de la technologie comme Google, Microsoft ou encore Apple. On y trouve aussi un historique du hacking et une description détaillée de ce qui est appelé Dark Web, source de dangers fantasmés et de périls potentiels.

[…]

Par Xavier Eutrope pour lesinrocks.com

En savoir plus :

Source http://www.lesinrocks.com/2016/05/14/actualite/navons-jamais-ete-vulnerables-internet-11825960/

Crédit Photo : Shutterstock

Bloquer TOR et les WiFi gratuits en France ?

Posté par Arnaud Pelletier le 10 décembre 2015

1

Le Monde publie cette semaine les détails d’une note éditée en interne par la direction des libertés publiques et des affaires juridiques (DLPAJ), à laquelle le quotidien a eu accès, et qui annonce de nouvelles propositions de loi pour lutter contre le terrorisme, notamment sur Internet. Ainsi, plusieurs propositions concernant le Net ont été relevées par le journal, y compris le blocage de l’accès à certains services en France, ou encore la fermeture des réseaux WiFi publics.

Le document en question propose donc « d’interdire les connexions WiFi partagées et gratuites » pendant l’état d’urgence. Typiquement, les connexions FreeWiFi et autres connexions gratuites des bibliothèques et autres fast foods deviendraient illégales, lorsque l’état d’urgence est déclaré, si une telle loi devait être adoptée.

[…]

La deuxième mesure proposée par le document n’est pas moins radicale, puisqu’elle consiste à demander un blocage pur et simple du réseau TOR (The Onion Router) en France.

[…]

Par Nicolas Aguila pour tomsguide.fr

En savoir plus :

Source http://www.tomsguide.fr/actualite/tor-wifi-gratuit-blocage,49445.html#xtor=RSS-20

Privés de vie privée (en vidéo) …

Posté par Arnaud Pelletier le 11 juin 2015

watching youQui surveille les surveillants ? C’est l’une des questions soulevées par l’émission « Data Gueule » diffusée sur France 4. Question qui devient qui surveille les algorithmes, à l’heure du projet de loi sur le renseignement en cours d’examen au Parlement qui instaure les fameuses « boîtes noires » à installer sur les réseaux des opérateurs et hébergeurs, dans le but de détecter les comportements suspects de potentiels terroristes…

La loi sur le renseignement, serait-elle liberticide ?

Posté par Arnaud Pelletier le 9 avril 2015

cybercriminalitéDans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le projet de loi sur le renseignement sera débattu à l’Assemblée nationale à partir du 13 avril prochain. Inspiré du “Patriot Act” américain, il autorisera entre autres l’espionnage des appels téléphoniques, des SMS, des courriels et des ordinateurs.

Depuis sa première évocation, ce projet de loi a terrorisé plus d’une personnalité. Le juge antiterroriste Marc Trévidic est la dernière en date. Invité d’Yves Calvi sur RTL, le magistrat s’est dit très inquiet par ce texte. Il a d’ailleurs dénoncé les risques potentiels liés à son application. La loi doit en effet donner un cadre légal aux pratiques, souvent officieuses, des services de renseignement.

Écouter l’émission ici :

Par Marc-Olivier Fogiel sur rtl.fr

En savoir plus :

Source http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/la-loi-sur-le-renseignement-pour-lutter-contre-le-terrorisme-serait-elle-liberticide-7777303684

Crédit Photo : Shutterstock

 

 

 

A revoir : Darknet, le côté obscur du Net …

Posté par Arnaud Pelletier le 11 décembre 2014

Logiciel espionAu quotidien, avec les moteurs de recherche classique, vous n’avez accès qu’à une petite partie d’Internet. Il existe un internet parallèle, sans limites ni protection. Sur Darknet on trouve un supermarché de la drogue, des sites de cartes bleues volées, des sites pédopornographiques et même… des annonces de tueurs à gages.

[…]

Les révélations de l’ancien consultant de l’Agence de sécurité nationale (NSA) américaine, Edward Snowden, sur la surveillance massive de l’internet par les États-Unis n’ont pas inquiété tout le monde. Car, pour les surfeurs du Darknet, un logiciel gratuit et facile d’accès permet de naviguer en toute discrétion : “Tor”, pour “The Onion Router”. En se connectant via ce réseau parallèle, n’importe qui peut brouiller son identité numérique et y faire ce que bon lui semble, sans pouvoir être repéré par les autorités.

[…]

Par la rédaction de Envoyé Spécial pour francetvinfo.fr

En savoir plus :

Source : https://www.youtube.com/watch?v=jvn-pRocmpo

Source : http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/mon-envoye-special/monenvoyespecial-du-samedi-18-octobre-2014_716935.html

Crédit Photo : Shutterstock

 

Piratage de téléphones décrypté par des chercheurs …

Posté par Arnaud Pelletier le 27 juin 2014

Deux équipes basées au Canada et en Russie ont dévoilé les capacités d’un outil utilisé par certains gouvernements pour pirater les téléphones.

Les découvertes des chercheurs du Kasperksky Lab en Russie et du Citizen Lab au Canada risquent de ne pas plaire aux agences de renseignements. Ils prétendent avoir fait des découvertes importantes sur les capacités de l’outil de la compagnie italienne Hacking Team, utilisé pour pirater et récolter des données sur les téléphones portables.

[…]

Par Benjamin Morette pour jolpress.com

En savoir plus :

Source http://www.jolpress.com/outil-piratage-telephones-espionnage-article-826751.html

Image By : Matt E

A lire sur lemondeinformatique.fr :

Pour exploiter les données publiées par les internautes sur les médias sociaux, le FBI veut développer une application d’espionnage spécialisée sur ces types de réseaux.

Le FBI (Federal Bureau of Investigation) américain envisage de développer une application qui lui permettra de suivre certains profils publics sur Facebook, Twitter et d’autres réseaux sociaux, afin de l’aider à mieux prédire le comportement des criminels, et de mieux réagir à des actions terrorisme et de troubles à l’ordre public.

Un appel d’offres a été publié par le FBI demandant aux fournisseurs potentiels de contacter le Bureau. Le FBI veut définir les caractéristiques d’un tel système et évaluer son coût.

[…]

Par Serge Leblal pour lemondeinformatique.fr

En savoir plus :

source http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-le-fbi-veut-son-application-pour-espionner-les-reseaux-sociaux-47568.html

Et aussi :

http://www.reseaux-telecoms.net/actualites/lire-le-fbi-veut-son-application-pour-espionner-les-reseaux-sociaux-23685.html

Le fondateur de WikiLeaks, l’Australien Julian Assange, a estimé mardi qu’Internet était la plus formidable machine à espionner jamais créée et un obstacle à la liberté de parole.

S’adressant à des étudiants à la prestigieuse université britannique de Cambridge, Julian Assange a affirmé qu’Internet, en particulier le réseau social en ligne Facebook, fournissait aux gouvernements un moyen plus grand d’espionner les gens.

Il a ainsi cité le cas de l’emploi de Facebook en Egypte il y a quelques années qui s’est mal terminé pour ses utilisateurs.

“Il y a eu en fait, a expliqué Assange, une révolte sur Facebook au Caire, il y a trois ou quatre ans. Elle était très réduite, après cela Facebook a été utilisé pour arrêter les principaux utilisateurs qui ensuite étaient battus, interrogés et incarcérés”.

“Internet, a-t-il affirmé, c’est la plus grande machine à espionner que le monde ait jamais connue”.

La montée en puissance de cette technologie était en train d’aider les régimes tyranniques, a-t-il poursuivi. “Ce n’est pas une technologie qui favorise la liberté de parole, ce n’est pas une technologie qui favorise les droits de l’homme”, a martelé Assange.

“C’est plutôt une technologie qui peut être utilisée pour instaurer un régime totalitaire d’espionnage, tel qu’on n’en a jamais vu”, a-t-il poursuivi.

[…]

Par AFP pour 20minutes.fr

En savoir plus :

http://www.20minutes.fr/ledirect/688210/web-internet-fantastique-machine-espionner-selon-assange

Vie quotidienne. Tous fichés !

Posté par Arnaud Pelletier le 11 juillet 2008

Carte bancaire, carte de fidélité, internet, caméras de surveillance, puces RFID, fichiers en tous genres… Difficile de ne pas laisser un peu partout des traces. La « société de surveillance » est-elle en train de se généraliser insidieusement ?

C’est un internaute assidu. Appelons-le XY. Avant de partir au travail, il décide d’aller faire un petit tour sur la toile. Un geste devenu courant, banal. Mais pas si anodin que ça. En se connectant sur Yahoo ce n’est pas moins de 811 informations que cet internaute va fournir sur lui au moteur de recherche
grâce aux cookies et autres petits programmes espions. Microsoft est aussi très bien renseigné. La firme de Redmond sait tout ou presque des habitudes informatiques de XY grâce à son logiciel Windows update qui peut transmettre la liste de tous les logiciels présents sur l’ordinateur. Au nom de la lutte contre le piratage et la sécurisation des PC toutes les activités de XY sur internet sont suivies à la trace.
Pas de parano mais quand même
En juin dernier les données confidentielles de 500.000 Allemands, dont l’appartenance religieuse, ont été accessibles sur internet. Tout ça à cause d’un problème avec un mot de passe. Au travail XY n’est pas forcément plus tranquille. Dans son entreprise, les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes. La biométrie, la gestion informatisée des carrières, la géolocalisation et autres instruments s’installent petit à petit… D’où son sentiment déplaisant de faire l’objet d’une surveillance permanente. Il n’est pas le seul. De plus en plus de salariés ont cette impression désagréable. Au point que la pourtant très mesurée Commission informatique et liberté, la Cnil, s’en inquiète et vient de se fendre d’un petit rappel à l’ordre. « L’informatisation accrue du monde dans lequel évoluent les salariés impose une réelle prise en compte de l’ensemble des dispositions de la loi “informatique et libertés” par l’employeur afin de garantir le respect des droits et des personnes, » dit la Cnil.
« Fonction sournoise »
Mais si le salarié peut se sentir « suivi » que dire du consommateur ? Lorsque XY fait ses courses en revenant du travail, il donne à la caissière de son magasin favori sa carte de fidélité pour y cumuler des points ou des euros. Normal, il n’y a pas de petites économies. Sauf qu’en même temps ce sont toutes les informations qu’il a fournies lors de l’établissement de cette carte qui vont pouvoir être associées dans la base de données du magasin au ticket de caisse. C’est-à-dire son nom, son âge son adresse, sa profession… Les fameuses cartes de fidélité ne servent pas qu’à faire gagner quelques euros. Comme l’explique très bien le magazine l’UFC-Que Choisir dans une enquête, ces cartes ont « une autre fonction bien plus sournoise celle-là : le fichage permanent des consommateurs ». Un moyen pour le magasin « d’avoir une connaissance très fine de leurs clients, de leurs habitudes de consommation et d’adapter ainsi leur stratégie marketing. »
« Liberté entravée »
Comme tout le monde ou presque, XY a un téléphone portable. Un téléphone qui bientôt permettra à ses amis de le localiser. En Angleterre, c’est déjà possible. Pratique dans certaines situations mais c’est le contrôle des déplacements de XY qui devient possible. « Du lever au coucher, nous sommes soumis à des contrôles géographiques qui entravent notre liberté fondamentale d’aller et venir », reconnaissait récemment Alex Türk, le président de la Cnil. Jusqu’où ne pas aller ? En 2007 la Cnil a enregistré 4.455 plaintes pour non-respect des données personnelles. Une augmentation de plus de 25 % par rapport à 2006.
 
Et si le citoyen, inquiet d’un scénario à la Orwell, commençait à se réveiller ?
Dossier réalisé par Yvon Corre

Letelegramme.com

L’objectif de ce blog créé en 2006, qui n’est pas à proprement parler un blog puisque je ne donne que très peu mon avis, est d’extraire de mes veilles web informationnelles quotidiennes, un article, un billet qui me parait intéressant et éclairant sur des sujets se rapportant directement ou indirectement à la gestion de l’information stratégique des entreprises et des particuliers.
Depuis fin 2009, je m’efforce que la forme des publications soit toujours la même ; un titre, éventuellement une image, un ou des extrait(s) pour appréhender le sujet et l’idée, l’auteur quand il est identifiable et la source en lien hypertexte vers le texte d’origine afin de compléter la lecture.
En 2012, pour gagner en précision et efficacité, toujours dans l’esprit d’une revue de presse (de web), les textes évoluent, ils seront plus courts et concis avec uniquement l’idée principale.
Bonne découverte à tous …


Arnaud Pelletier

Note sur les billets de ce blog et droit de réserve

Facebook



Twitter

Abonnez vous